Rechercher


0

Documents  Atelier Parisien d'Urbanisme | enregistrements trouvés : 629

O

-A +A

P Q


- 20 p , 77 PE

Dans le prolongement de l'étude réalisée en 2014, cette étude sur le recensement et les dynamiques à l'µuvre dans le parc de bureaux parisien et métropolitain propose une analyse élargie sur le plan géographique. Elle permet pour la première fois de dénombrer les immeubles de bureaux à l'échelle de la Métropole du Grand Paris (MGP). On comptabilise environ 8 000 immeubles de plus de 1000 m2 dans la MGP dont une grande partie est polarisée au sein de grands quartiers d'affaires ou de bureaux.



Concernant les bureaux situés à Paris, les données actualisées permettent de calculer un nouveau potentiel de mutation du parc tertiaire. Il s'établit aujourd'hui à 2,7 millions de m2 soit 16 % du parc. Sur le plan environnemental, l'étude propose d'identifier également les immeubles concernés par une certification environnementale : plus de 10 % du parc parisien.



Le recensement des immeubles de bureaux parisien de plus de 1 000 m2 a permis d'estimer à 18 millions de m2 la superficie totale des bureaux, de connaître leurs caractéristiques (époque de construction, type de propriétaireù), et de localiser les bureaux vacants ainsi que les immeubles tertiaires en voie d'obsolescence.
Dans le prolongement de l'étude réalisée en 2014, cette étude sur le recensement et les dynamiques à l'µuvre dans le parc de bureaux parisien et métropolitain propose une analyse élargie sur le plan géographique. Elle permet pour la première fois de dénombrer les immeubles de bureaux à l'échelle de la Métropole du Grand Paris (MGP). On comptabilise environ 8 000 immeubles de plus de 1000 m2 dans la MGP dont une grande partie est polarisée au ...

BATIMENT DE BUREAUX ; PARC IMMOBILIER

... Lire [+]

- 76 p , 76 PE

Le travail réalisé en 2016 pose de premiers jalons et des éléments de contexte : une mise en perspective des données et des représentations existantes pour décrire les entreprises innovantes et les startups ; un travail de description et de cartographie des lieux existants et en projet d'aide à la création et à la maturation d'entreprises (incubateurs, pépinières, et accélérateurs) et des nouveaux espaces de travail collaboratifs (ateliers de fabrication numérique et espaces de coworking) ; un aperçu du foisonnement des projets qui font de la ville, un laboratoire d'innovations, comme support ou sujet.

Les travaux sur la place de l'innovation dans la métropole et les stratégies de soutien sont à poursuivre en lien avec de nombreux acteurs publics et privés. Ainsi, l'Apur prévoit d'actualiser la base de données constituée cette année sur les lieux d'accueil de l'innovation. On cherchera aussi à identifier un petit nombre d'indicateurs en vue d'un suivi des incubateurs et des startups qui serait à la fois simple et rigoureux. Une autre ambition est d'engager à l'échelle des territoires un recollement des politiques d'innovation à l'µuvre.
Le travail réalisé en 2016 pose de premiers jalons et des éléments de contexte : une mise en perspective des données et des représentations existantes pour décrire les entreprises innovantes et les startups ; un travail de description et de cartographie des lieux existants et en projet d'aide à la création et à la maturation d'entreprises (incubateurs, pépinières, et accélérateurs) et des nouveaux espaces de travail collaboratifs (ateliers de ...

ECONOMIE ; COWORKING

... Lire [+]

- 49 p , 75 PE

L'étude menée par l'Apur en 2013-2014, "logistique urbaine: vers un schéma d'orientation logistique parisien", a mis en évidence la nécessité de disposer au sein du système urbain de trois niveaux de sites logistiques pour assurer un maillage complet du territoire parisien tout en réduisant les flux.
L'Apur a poursuivi ces réflexions en 2015 par l'examen des potentialités de sites publics, en s'appuyant sur une définition des caractéristiques spatiales, techniques ou programmatiques attendues pour chacun des trois niveaux d'espaces logistiques. Les fonctionnements et les programmations recherchés sont illustrés dans la mesure du possible par des équipements exemplaires, en cours de réalisation ou déjà fonctionnels. Les opportunités d'implantations présentées illustrent de manière pragmatique la façon dont la logistique urbaine peut s'insérer dans le tissu urbain existant.
Trois types de sites sont ainsi recherchés:
%des sites de type plateforme logistique urbaine, compris entre 10000het 20000 m", destinés à accueillir des flux massifiés;
%des sites de type espace logistique urbain, de quelques centaines de m" à 3000hm", dans le diffus, destinés à accueillir des plateformes d'échanges mais aussi à garer et recharger des véhicules et offrant des locaux sociaux aux livreurs;
%des sites de type relais de quartier, équipements de quelques dizaines de m", destinés aux particuliers (point de retraits ou de retour de colis, points relais, consignes automatiquesù).
La question de l'insertion urbaine de ces équipements est primordiale dans une ville très dense où le foncier disponible est rare. La transformation d'espaces actuellement délaissés ou sous-utilisés en espaces notamment logistiques représente donc enjeu majeur.
Outil opérationnel de mise en µuvre du maillage logistique parisien, ce cahier de références a vocation à assister les maîtres d'ouvrage dès leur première phase d'études et aux différentes étapes de leur(s) projet(s). Ce document est élaboré pour s'adresser aux élus comme aux techniciens, ainsi qu'à tous les acteurs de l'investissement et de l'exploitation des équipements logistiques.
L'étude menée par l'Apur en 2013-2014, "logistique urbaine: vers un schéma d'orientation logistique parisien", a mis en évidence la nécessité de disposer au sein du système urbain de trois niveaux de sites logistiques pour assurer un maillage complet du territoire parisien tout en réduisant les flux.
L'Apur a poursuivi ces réflexions en 2015 par l'examen des potentialités de sites publics, en s'appuyant sur une définition des car...

LOGISTIQUE ; ECONOMIE

... Lire [+]

- 18 p , 74 PE

Paris, grande capitale internationale de l'innovation et de la culture, veut donner un nouvel élan à sa politique culturelle en s'appuyant sur quelques priorités: rendre la culture plus accessible, soutenir la création, valoriser le patrimoine, développer l'art dans l'espace public, amplifier la politique numérique, accompagner les entreprises culturelles et renforcer le rayonnement culturel de Paris dans le monde.
Au regard de ces ambitions, la place dévolue aux startups et aux entrepreneurs culturels créatifs au sein des incubateurs parisiens est-elle suffisamment large? Quelles sont les activités exercées par ces startups? C'est à ces questions, qui rejoignent les priorités municipales dans le domaine de la culture, que la note tente d'apporter des réponses.
Paris, grande capitale internationale de l'innovation et de la culture, veut donner un nouvel élan à sa politique culturelle en s'appuyant sur quelques priorités: rendre la culture plus accessible, soutenir la création, valoriser le patrimoine, développer l'art dans l'espace public, amplifier la politique numérique, accompagner les entreprises culturelles et renforcer le rayonnement culturel de Paris dans le monde.
Au regard de ces ...

ECONOMIE ; POLITIQUE CULTURELLE

... Lire [+]

- 47 p , 73 PE

L'étude déploie un panorama de l'ensemble des secteurs qui dessinent la géographie de la mode et du design à Paris. De la conception à la fabrication, de la distribution du luxe au prêt-à-porter à l'innovation de nouveaux lieux de vente, du viaduc des arts à la rue de la mode, de la formation à des métiers toujours plus complexes aux défilés et salons, marronnier des rendez-vous internationaux, des fleurons du luxe parisien aux symboles de l'art de vivre à la françaiseù autant d'éléments composites qui participent à une synergie économique, culturelle et symbolique unique au monde.
L'industrie du luxe, si elle joue le rôle de locomotive de ces filières économiques, reste également un laboratoire de recherche qui se décline ensuite dans l'ensemble de ses secteurs. La vitalité des créateurs parisiens, à la fois défricheurs et inventeurs, a également modifié les styles de ventes, des nouvelles formes de s'habiller, de s'équiper. Audacieux, ils ont également déplacé une nouvelle gamme de magasins vers l'Est parisien, dynamisant ainsi des territoires moins traditionnellement marchands.
L'étude déploie un panorama de l'ensemble des secteurs qui dessinent la géographie de la mode et du design à Paris. De la conception à la fabrication, de la distribution du luxe au prêt-à-porter à l'innovation de nouveaux lieux de vente, du viaduc des arts à la rue de la mode, de la formation à des métiers toujours plus complexes aux défilés et salons, marronnier des rendez-vous internationaux, des fleurons du luxe parisien aux symboles de ...

COMMERCE ; BOUTIQUE

... Lire [+]

- 51 p , 90 PEP

L'atlas de l'espace public parisien forme un outil à l'usage de la stratégie Paris piéton, du Budget participatif et des projets parisiens. Il permet d'identifier des lieux à valoriser sur le plan de la mobilité, des usages, du cadre de vie, de la présence de la nature et de suivre leurs évolutions à venir.

Illustrées par des « atlas cartographiques » réalisés à l'échelle de Paris et de chaque arrondissement, les cartographies présentées permettent de renseigner l'espace public dans ses multiples dimensions et de proposer un certain nombre d'indicateurs choisis autour d'un diagnostic commun.

L'atlas est élaboré à partir des bases de données issues des systèmes d'information géographique de l'Apur et de la Ville de Paris, pour constituer un outil évolutif ayant vocation à s'enrichir et à alimenter les travaux sur l'espace public.
L'atlas de l'espace public parisien forme un outil à l'usage de la stratégie Paris piéton, du Budget participatif et des projets parisiens. Il permet d'identifier des lieux à valoriser sur le plan de la mobilité, des usages, du cadre de vie, de la présence de la nature et de suivre leurs évolutions à venir.

Illustrées par des « atlas cartographiques » réalisés à l'échelle de Paris et de chaque arrondissement, les cartographies présentées ...

ESPACE PUBLIC

... Lire [+]

- 26 p , 89 PEP

Les usages de l'espace public changent radicalement selon les temporalités. De jour, de nuit, en semaine ou le week-end, en hiver ou en été, pour les enfants ou pour les séniors, les activités qui se déploient sur les espaces publics ne cessent de varier. Prendre en compte ces fluctuations implique une connaissance des rythmes générés par ces usages dans l'espace public.

C'est l'objectif de cette approche temporelle de l'espace public qui propose d'identifier les principaux rythmes des usages, de comprendre leurs articulations en décryptant leur chronographie (rythmes).

Ces rythmes reflètent la manière dont la ville et ses espaces publics, et plus largement les usages sont structurés par une organisation des temps. Ils s'imposent aux usagers de l'espace public (habitants, salariés, étudiants, touristes, enfants, personnes âgéesù), avec des moments dédiés à des usages, des pratiques, des tâches préférentielles et récurrentes. A travers une analyse des fonctions principales de la vie urbaine autour de repères temporels standardisés (jour/nuit, semaine/week-end, été), l'étude a exploré les rythmes suivant :

La ville marché ;
La ville active ;
La ville évènementielle ;
La ville festive ;
La ville mobile ;
La ville en travaux.
Les usages de l'espace public changent radicalement selon les temporalités. De jour, de nuit, en semaine ou le week-end, en hiver ou en été, pour les enfants ou pour les séniors, les activités qui se déploient sur les espaces publics ne cessent de varier. Prendre en compte ces fluctuations implique une connaissance des rythmes générés par ces usages dans l'espace public.

C'est l'objectif de cette approche temporelle de l'espace public qui ...

ESPACE PUBLIC ; PARTICIPATION DE L'USAGER

... Lire [+]

- 55 p , 88 PEP

Le développement des pratiques dites « libres » (hors club) et la fréquentation croissante de l'espace public par les sportifs posent la question des conditions de cette pratique, pour rendre le sport plus présent, plus accessible, et en faire un vecteur d'échange pour tous.

Pour répondre à ces enjeux, deux axes de travail ont été développés :

La création d'un maillage de parcours sportifs permettant de relier les équipements et les grands espaces verts entre eux ;
Le renforcement de l'offre sportive par la mise à disposition d'un équipement sportif en accès libre à moins de 5 minutes de marche sur l'ensemble du territoire parisien.
Le maillage des parcours étudiés s'appuie sur des lieux iconiques tels que les berges de Seine et des canaux et le site de la ceinture verte de Paris. Il est complété par un maillage des rues présentant des trottoirs larges et/ou des terre-pleins centraux. Ces parcours, matérialisés par une signalétique claire (repères et informations), sont le support d'un mobilier polyvalent (agrès et mobilier urbain) et de fontaines à boire, installés dans la « bande active » pour préserver un espace public libre et multifonctionnel.

En complément de ce maillage principal, un grand nombre d'espaces peuvent être mis à profit pour réaliser des parcours de proximité. C'est le cas des places, placettes, escaliers, espaces sous ponts ou ouvrages, murs pignons, retraits d'alignements, rues en pentes et voies à circulation contrôlées (zone de rencontre et voies piétonnes).

Parallèlement, s'il est vrai que l'offre d'équipements de plein air s'enrichit, l'analyse de la desserte des équipements actuels, en journée et 24/24h, fait ressortir certaines inégalités sur le territoire. Plusieurs pistes sont étudiées pour offrir un équipement sportif en accès libre à moins de 5 minutes de marche sur l'ensemble du territoire parisien à l'horizon 2020.
Le développement des pratiques dites « libres » (hors club) et la fréquentation croissante de l'espace public par les sportifs posent la question des conditions de cette pratique, pour rendre le sport plus présent, plus accessible, et en faire un vecteur d'échange pour tous.

Pour répondre à ces enjeux, deux axes de travail ont été développés :

La création d'un maillage de parcours sportifs permettant de relier les équipements et les grands ...

ESPACE PUBLIC ; PRATIQUE URBAINE ; RUE ; EQUIPEMENT SPORTIF

... Lire [+]

- 27 p + 51 p , 87 PEP t 1 et t 2

Dans le prolongement de ses études inscrites au programme partenarial pour une nouvelle approche de l'espace public, l'Apur a été associé au projet de réaménagement de 7 places parisiennes (place de la Bastille, du Panthéon, de la Madeleine, des Fêtes, Gambetta, de la Nation et d'Italie).
Ce projet vise plusieurs objectifs majeurs :
rééquilibrer l'usage de l'espace public en faveur des mobilités douces et en réduisant la place de la voiture ;
répondre aux nouvelles attentes de l'usager de l'espace public qui veut diversifier et intensifier l'usage qu'il fait de l'espace public ;
répondre à l'impératif écologique d'une ville plus végétale, plus circulaire, plus résiliente, adaptée aux enjeux du changement climatique ;
renouveler, innover, faire de l'espace public un lieu de création et d'invention ;
rechercher une réalisation plus souple, plus sobre, sans prétention et économe en moyens.
Dans le prolongement de ses études inscrites au programme partenarial pour une nouvelle approche de l'espace public, l'Apur a été associé au projet de réaménagement de 7 places parisiennes (place de la Bastille, du Panthéon, de la Madeleine, des Fêtes, Gambetta, de la Nation et d'Italie).
Ce projet vise plusieurs objectifs majeurs :
rééquilibrer l'usage de l'espace public en faveur des mobilités douces et en réduisant la place de la voiture ; ...

PLACE PUBLIQUE ; PLACE

... Lire [+]

- 192 p , 110 PL

Edition 2017, d'après l'enquête Logement 2013

Principal poste de dépense des Français, à la fois bien de première nécessité et richesse patrimoniale, le logement occupe une place à part dans la vie des ménages.

Si un tiers des ménages franciliens a fini de rembourser ses emprunts ou est logé gratuitement, les deux autres tiers (locataires ou accédants à la propriété) y consacrent près de 20 % de leurs revenus, un coût en constante augmentation depuis vingt-cinq ans.
Les conditions de logements en Île-de-France expriment les données de la dernière enquête nationale Logement de l'Insee, reconduite tous les quatre à sept ans.

Fruit d'une analyse approfondie et partagée entre l'IAU îdF, l'INSEE, l'APUR, la DRIEA et la DRIHL, ce document dresse un panorama le plus complet et le plus récent possible des conditions de logement en Île-de-France, avec un constat global positif : s'ils ne sont pas tous logés à la même enseigne (taille et localisation du domicile, état du bâti, effort consenti), neuf ménages sur dix jugent ces conditions plutôt satisfaisantes.
Edition 2017, d'après l'enquête Logement 2013

Principal poste de dépense des Français, à la fois bien de première nécessité et richesse patrimoniale, le logement occupe une place à part dans la vie des ménages.

Si un tiers des ménages franciliens a fini de rembourser ses emprunts ou est logé gratuitement, les deux autres tiers (locataires ou accédants à la propriété) y consacrent près de 20 % de leurs revenus, un coût en constante augmentation ...

LOGEMENT

... Lire [+]

- 125 p , 109 PL

Les logements d'Habitations à Bon Marché (HBM) de la Ceinture de Paris ont été édifiés entre les deux guerres mondiales. Ces bâtiments de logements sociaux matérialisent sur 17 km la limite de Paris, soit environ la moitié du linéaire de la Ceinture. Dans le cadre des objectifs du Plan climat de Paris, la réhabilitation de ces ensembles bâtiments est un enjeu stratégique. L'étude de l'Apur dresse un inventaire du parc de logements tels qu'il fut constitué jusqu'en 1940 et apporte des réponses aux questions récurrentes posées par les maîtres d'ouvrage et maîtres d'µuvre sur les qualités urbaines, architecturales et constructives de ces ensembles. Ce travail historique est le premier volet d'une série de deux études de l'Apur sur la question des HBM. Il sera suivi d'un travail sur les enjeux de la réhabilitation thermique au sein du parc HBM. Les logements d'Habitations à Bon Marché (HBM) de la Ceinture de Paris ont été édifiés entre les deux guerres mondiales. Ces bâtiments de logements sociaux matérialisent sur 17 km la limite de Paris, soit environ la moitié du linéaire de la Ceinture. Dans le cadre des objectifs du Plan climat de Paris, la réhabilitation de ces ensembles bâtiments est un enjeu stratégique. L'étude de l'Apur dresse un inventaire du parc de logements tels qu'il fut ...

LOGEMENT SOCIAL ; HABITAT-HISTOIRE

... Lire [+]

- 17 p , 108 PL

À la suite de l'achèvement du Plan de Résorption de l'Habitat Indigne (2002-2010), la démarche de prévention de la dégradation des immeubles d'habitation commencée dès 2008 se poursuit à Paris. En 2017, ces travaux font ressortir 276 immeubles d'habitat privé anciens qui présentent des signes de fragilité. Ce sont pour l'essentiel des immeubles en copropriété, localisés dans les arrondissements du Nord-Est parisien (10e, 11e, 18e, 19e, 20e arrondissements). Depuis 2014, le nombre d'immeubles signalés diminue. Cette diminution est le signe d'une amélioration lente mais régulière du parc d'immeubles anciens à Paris. À la suite de l'achèvement du Plan de Résorption de l'Habitat Indigne (2002-2010), la démarche de prévention de la dégradation des immeubles d'habitation commencée dès 2008 se poursuit à Paris. En 2017, ces travaux font ressortir 276 immeubles d'habitat privé anciens qui présentent des signes de fragilité. Ce sont pour l'essentiel des immeubles en copropriété, localisés dans les arrondissements du Nord-Est parisien (10e, 11e, 18e, 19e, 20e ...

HABITAT INSALUBRE

... Lire [+]

, 107 PL ti et 2

Paris compte 221
917 logements sociaux au sens de la loi SRU au, 1er janvier 2015, qui représentent 19,1% des résidences principales parisiennes. Le nombre de logements aidés et intermédiaires gérés par les bailleurs sociaux, considérés dans leur ensemble, atteint les 265 000 unités. Mais le faible taux de rotation enregistrés au sein du parc locatif social parisien, 4,3% pour l'année 2015, limite considérablement le nombre de logements à attribuer.
Plus de 11% des ménages parisiens sont demandeurs d'un logements social à Paris. Dans sa version 2015, le présent rapport analyse spécialement la population des demandeurs qui habitent dans le périmètre des nouveaux quartiers de la politique de la ville.
Paris compte 221
917 logements sociaux au sens de la loi SRU au, 1er janvier 2015, qui représentent 19,1% des résidences principales parisiennes. Le nombre de logements aidés et intermédiaires gérés par les bailleurs sociaux, considérés dans leur ensemble, atteint les 265 000 unités. Mais le faible taux de rotation enregistrés au sein du parc locatif social parisien, 4,3% pour l'année 2015, limite considérablement le nombre de logements à ...

PARC DE LOGEMENTS ; POLITIQUE DU LOGEMENT ; LOGEMENT SOCIAL

... Lire [+]

- 33 pages , 92 IF

L'Insee Ile-de-France, l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme d'Ile-de-France (IAU îdF), l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur), la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Équipement et de l'Aménagement d'Ile-de-France (DRIEA) et la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Hébergement et du Logement d'Ile-de-France (DRIHL) se sont associés pour réaliser un ouvrage sur l'évolution de la taille des ménages franciliens. Ce dossier, composé de 4 articles, apporte des informations statistiques sur les différents facteurs d'évolution de la taille des ménages franciliens en précisant les spécificités de chacun des territoires.


Le nombre moyen d'occupants par résidence principale, en diminution constante depuis 1968, se stabilise en Ile-de-France autour de 2,3 personnes par ménage depuis 2006, alors qu'il continue à baisser en province.

Le rythme de croissance du nombre de ménages franciliens, auparavant largement supérieur à celui de la population, s'en est rapproché progressivement depuis une vingtaine d'années, pour atteindre désormais un niveau comparable. Seul le vieillissement de la population contribue à la baisse de la taille moyenne des ménages, même si le jeu des migrations modère cet effet. Ce facteur de baisse est compensé par les évolutions des modes de vie qui poussent à l'inverse à l'accroissement du nombre de personnes par ménage.

Le maintien des jeunes adultes au domicile parental (allongement des études, coût du logement..), une mise en couple plus tardive, les recompositions familiales, ou encore l'accueil de parents âgés en raison de la dégradation de leur état de santé sont autant d'évolutions qui conduisent à une augmentation de la taille moyenne des ménages en Ile-de-France, particulièrement à Paris et en petite couronne.
L'Insee Ile-de-France, l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme d'Ile-de-France (IAU îdF), l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur), la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Équipement et de l'Aménagement d'Ile-de-France (DRIEA) et la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Hébergement et du Logement d'Ile-de-France (DRIHL) se sont associés pour réaliser un ouvrage sur l'évolution de la taille des ménages franciliens. Ce dossier, ...

STATISTIQUE ; POPULATION

... Lire [+]

- 32 pages , 72 PE

Avec 62 000 commerces dont 7 200 commerces alimentaires, Paris est une ville caractérisée par une forte densité et diversité commerciales. Ce bon dynamisme d'ensemble n'empêche pas certaines fragilités au niveau local. Bien qu'en baisse à l'échelle de l'ensemble du territoire parisien, il existe des poches de vacance commerciale structurelle notamment dans les quartiers « politique de la ville ». On assiste également à une augmentation accrue de la fragilisation des commerces culturels et spécifiquement des librairies et à une disparition progressive de certaines activités de santé.

C'est pourquoi l'Apur a affiné son diagnostic durant l'année 2015, à la suite du recensement commercial effectué en 2014. Ce travail a préfiguré les dispositifs d'intervention, notamment immobiliers visant à dynamiser le commerce local. Le diagnostic réalisé a ensuite été partagé avec les maires d'arrondissements, les organismes consulaires et les habitants, par le biais d'une large concertation, permettant une appropriation commune des problématiques commerciales et a conduit à faire évoluer et à préciser les orientations proposées à l'échelle locale.

L'étape actuelle est celle du bilan de la concertation. Le présent rapport, après un rappel des éléments de contexte, expose les perceptions et les attentes formulées lors des réunions. Il présente les propositions retenues et donne à voir les périmètres définitifs.
Avec 62 000 commerces dont 7 200 commerces alimentaires, Paris est une ville caractérisée par une forte densité et diversité commerciales. Ce bon dynamisme d'ensemble n'empêche pas certaines fragilités au niveau local. Bien qu'en baisse à l'échelle de l'ensemble du territoire parisien, il existe des poches de vacance commerciale structurelle notamment dans les quartiers « politique de la ville ». On assiste également à une augmentation accrue de ...

COMMERCE

... Lire [+]

- 18 pages , 106 PL

À la suite de l'achèvement du plan de résorption de l'habitat indigne (2002-2010), la démarche de prévention commencée dès 2008 se poursuit. Son but est de prévenir la dégradation des immeubles anciens à Paris et d'éviter à de nouveaux immeubles de tomber dans la spirale de l'insalubrité.

Comme les années précédentes, une analyse statistique a été réalisée visant à passer au crible les points de fragilité des immeubles parisiens, au travers d'indicateurs tels que la part des petits logements locatifs, les mises en demeure au titre de la sécurité et de la salubrité, les diagnostics d'accessibilité au plomb, le poids des demandeurs de logement social, les factures d'eau impayées pour les immeubles, ainsi que la présence de termites et le fait qu'un immeuble d'habitat soit issu de la transformation d'un hôtel meublé. En 2016 un nouvel indicateur a été collecté grâce aux services d'Etatlab et intégré à la démarche, sans modification du système de pondération. Le nouvel indicateur signale les interventions des sapeurs-pompiers de Paris sur des bâtiments. Il en ressort une notation à l'immeuble qui exprime une présomption de risque de dégradation.

En 2016 ces travaux font ressortir 309 immeubles anciens qui présentent des signes de fragilité. Ce sont pour l'essentiel des immeubles en copropriété, localisés dans les arrondissements du Nord-Est parisien (10e, 11e, 18e, 19e, 20e arrondissements). Réalisé en partenariat avec les acteurs de la lutte contre l'habitat indigne à Paris, l'exercice s'inscrit dans une perspective opérationnelle de suivi et de prévention, les présomptions statistiques étant mises au service d'une intervention administrative et technique aussi précoce que possible.
À la suite de l'achèvement du plan de résorption de l'habitat indigne (2002-2010), la démarche de prévention commencée dès 2008 se poursuit. Son but est de prévenir la dégradation des immeubles anciens à Paris et d'éviter à de nouveaux immeubles de tomber dans la spirale de l'insalubrité.

Comme les années précédentes, une analyse statistique a été réalisée visant à passer au crible les points de fragilité des immeubles parisiens, au travers ...

HABITAT INSALUBRE

... Lire [+]

- 56 pages , 44 P18

LIBRAIRESEXTRANETSINFOLETTREFLUX RSSCONTACTEZ-NOUS
ENGLISH VERSION

Recherche...
ok
D'autres publications
12/05/2017 - Les habitations à bon marché (HBM) de la ceinture de Paris : étude historique
12/05/2017 - Coopération décentralisée Paris-Phnom Penh, 2016-2018
27/04/2017 - Les jeunes de la Mission Locale de Paris — Portrait des jeunes suivis en 2016
24/04/2017 - Cartographie comparée de la demande de logement social et des attributions réalisées en 2015 dans la MGP
Voir toutes les publications
Mots-clés
espace public projet urbain diagnostic usage requalification déplacement espace vert circulation douce voirie cadre urbain perception piéton loisir cadre de vie liaison participation nuisance sport déchetterie ligne de métro
Autres études et publications
Utiliser le moteur de recherche pour retrouver la totalité des études et publications de l'APUR.
Accéder au moteur de recherche
ÉtudeEspaces publics sous le métro aérien, entre Barbès et Stalingrad — Ateliers
Espaces publics sous le métro aérien, entre Barbès et Stalingrad — Compte-rendu d'ateliers
juin 201556 pagesCote : AP BROAPU720Langue : Français
L'Apur a inscrit à son programme de travail 2014/2015 plusieurs études liées aux évolutions de l'espace public. Dans ce cadre, il a animé un atelier urbain sur les espaces publics, sous le métro aérien de Barbès à Stalingrad. L'objectif était de mettre en place un cadre de coproduction de propositions opérationnelles sur ce secteur.
Les travaux de cet atelier se sont inscrits dans une vision urbaine à moyen et long terme de cette séquence urbaine. Il s'agit néanmoins d'identifier des actions réalisables à court terme pour améliorer la situation sur le tronçon le plus problématique, de la rue de Philippe de Girard à la rue de Tombouctou.

La méthode de travail proposée par l'Apur consiste à réfléchir en ateliers thématiques avec l'ensemble des acteurs concernés. Ces ateliers sont alimentés par une marche exploratoire et des documents de cadrage sur les enjeux et problématiques du secteur. Trois réunions se sont tenues de janvier à mars, copilotées par le SG/Pavex et l'Apur, associant mairies d'arrondissement, directions techniques, conseils de quartier, associations concernées et pour certaines RATP et équipements culturels. Cette étude est une restitution du diagnostic et des propositions issus de l'atelier.

Le diagnostic a montré les forces de cet espace : situation stratégique dans le quartier et à l'échelle métropolitaine, intérêt architectural et paysager du lieu. Il a montré aussi ses failles importantes : encombrement et fragmentation, mésusages, points de concentration des difficultés.

À l'issue de ce diagnostic, les propositions ont porté sur les points suivants :
l'élargissement du terre-plein central, permettant d'améliorer sensiblement la circulation piétonne autour de la déchetterie et de la station de métro ;
la recherche d'un désencombrement de l'espace public en vue de limiter les usages dégradés et fluidifier les circulations douces ;
l'amélioration des lieux de concentration des difficultés : transformation à terme de la déchetterie actuelle en espace de propreté de proximité et amélioration de la station de métro ;
de nouveaux usages de l'espace public, autour des thématiques sportives et ludiques, artistiques et culturelles, économiques et associatives, qu'une concertation plus approfondie permettrait de définir ;
l'évolution du schéma de circulation global du quartier en vue de restituer de l'espace public aux circulations douces.
LIBRAIRESEXTRANETSINFOLETTREFLUX RSSCONTACTEZ-NOUS
ENGLISH VERSION

Recherche...
ok
D'autres publications
12/05/2017 - Les habitations à bon marché (HBM) de la ceinture de Paris : étude historique
12/05/2017 - Coopération décentralisée Paris-Phnom Penh, 2016-2018
27/04/2017 - Les jeunes de la Mission Locale de Paris — Portrait des jeunes suivis en 2016
24/04/2017 - Cartographie comparée de la demande de logement social et des attributions ...

ESPACE PUBLIC ; METRO

... Lire [+]

- 16 pages

À la suite de l'achèvement du plan de résorption de l'habitat indigne (2002-2010), la démarche de prévention initiée dès 2008 se poursuit. Son but est de prévenir la dégradation des immeubles anciens à Paris et d'éviter à de nouveaux immeubles de tomber dans la spirale de l'insalubrité.

Comme les années précédentes, une analyse statistique a été réalisée visant à passer au crible les points de fragilité des immeubles parisiens, au travers d'indicateurs tels que la part des petits logements locatifs, les mises en demeure au titre de la sécurité et de la salubrité, les diagnostics d'accessibilité au plomb, le poids des demandeurs de logement social, les factures d'eau impayées pour les immeubles, ainsi que la présence de termites et le fait qu'un immeuble d'habitat soit issu de la transformation d'un hôtel meublé. Il en ressort une notation à l'immeuble qui exprime une présomption de risque de dégradation.

En 2015 ces travaux font ressortir 344 immeubles anciens qui présentent des signes de fragilité. Ce sont pour l'essentiel des immeubles en copropriété, localisés dans les arrondissements du Nord-Est parisien (10e, 11e, 18e, 19e, 20e arrondissements). L'exercice s'inscrit dans une perspective opérationnelle de suivi et de prévention, les présomptions statistiques étant mises au service d'une intervention administrative aussi précoce que possible.
À la suite de l'achèvement du plan de résorption de l'habitat indigne (2002-2010), la démarche de prévention initiée dès 2008 se poursuit. Son but est de prévenir la dégradation des immeubles anciens à Paris et d'éviter à de nouveaux immeubles de tomber dans la spirale de l'insalubrité.

Comme les années précédentes, une analyse statistique a été réalisée visant à passer au crible les points de fragilité des immeubles parisiens, au travers ...

HABITAT INSALUBRE

... Lire [+]

- 145 pages , 133 PT

Après de nombreuses études sur la petite ceinture ferroviaire menées depuis 2001, et dans la perspective de la signature d'un nouveau protocole entre la Ville de Paris et la SNCF pour l'avenir de ce site, il était nécessaire de refaire un état des lieux des 32 km de voies ferrées et de leurs abords qui constituent autant d<=espaces destinés à être ouverts au public à court terme.

Ce document élaboré dans le cadre du programme partenarial de l'Apur compile tous les aspects connus du site et donne à voir son potentiel d'évolution, séquence par séquence,en fonction de ses caractéristiques et de son environnement urbain.

Sommaire :
Introduction
Partie 1 : Données générales
Partie 2 : Cahier par séquence
Bibliographie
Après de nombreuses études sur la petite ceinture ferroviaire menées depuis 2001, et dans la perspective de la signature d'un nouveau protocole entre la Ville de Paris et la SNCF pour l'avenir de ce site, il était nécessaire de refaire un état des lieux des 32 km de voies ferrées et de leurs abords qui constituent autant d<=espaces destinés à être ouverts au public à court terme.

Ce document élaboré dans le cadre du programme partenarial ...

GARE DE CHEMIN DE FER ; RESEAU FERRE

... Lire [+]

- 74 pages , 16 PEC

Le traitement des déchets est un sujet majeur de la ville durable. Il comporte de façon classique 3 volets : 1/ la réduction de la production, 2/ l'amélioration de la collecte, et 3/ l'optimisation de la valorisation.

Selon le type de déchets (ménagers, occasionnels, etc), les dispositions ne sont pas les mêmes. C'est la question des déchets de proximité, les déchets occasionnels (les déchets organiques pouvant faire l'objet de compostage) qui est abordée dans cette étude à travers le sujet du développement des infrastructures de collecte, des CVAE existants au développement des espaces propreté, mais aussi des infrastructures de réemploi (ressourceries/recycleries) et de compostage des bio-déchets.

Au-delà du strict cadre des déchets de proximité, le développement de ces équipements doit pouvoir aussi constituer un véritable outil de sensibilisation afin d'améliorer la chaîne de tri de l'ensemble des déchets ménagers.
Le traitement des déchets est un sujet majeur de la ville durable. Il comporte de façon classique 3 volets : 1/ la réduction de la production, 2/ l'amélioration de la collecte, et 3/ l'optimisation de la valorisation.

Selon le type de déchets (ménagers, occasionnels, etc), les dispositions ne sont pas les mêmes. C'est la question des déchets de proximité, les déchets occasionnels (les déchets organiques pouvant faire l'objet de compostage) qui ...

DECHETS URBAINS ; TRAITEMENT DES DECHETS

... Lire [+]

Z