Rechercher


0

Documents  Editions du Patrimoine | enregistrements trouvés : 60

O

-A +A

P Q


- 248 p , 70 AH

Dossier sur le patrimoine maritime. Restauration de l'église Saint Gervais à Paris.Restauration de l'architecture métallique au XIXe siècle à Paris : la halle au blé, la Bourse, la gare saint Lazare, Expositions Universelles, grand Palais

RESTAURATION ; MONUMENTS HISTORIQUES ; PHARE ; PORT ; ARCHITECTURE MILITAIRE ; GARE MARITIME ; EGLISE ; XIXe SIÈCLE ; CONSTRUCTION METALLIQUE

... Lire [+]

année 2001 - 292 p , 69 AH

Dossier consacré au jardins "historiques" en France. Restauration de la fontaine de la Place de la Concorde à Paris. Restauration du Palais Garnier.Restauration du Castel Béranger de Guimard à Paris.Rehabilitation de la cité du 212, Le Blanc-Mesnil.Restauration de la maison du Brésil à la cité Universitaire.

JARDIN ; RESTAURATION ; FONTAINE ; OPERA ; LOGEMENT SOCIAL

... Lire [+]

année 2000 - p. 303 , 68 AH

Grand dossier sur Notre-Dame-de Paris ; renovation de la maison du Peuple de Clichy et du Pavillon du centenaire de l'Alluminium.

MONUMENTS HISTORIQUES ; RESTAURATION ; PATRIMOINE ARCHITECTURAL ; ARCHITECTURE RELIGIEUSE

... Lire [+]

- 243 p , 122 P13

Commandée en 1929 par l'Armée du Salut à Le Corbusier et à son cousin Pierre Jeanneret, la Cité de refuge a été la première réalisation d'ampleur de l'architecte ; elle fait aujourd'hui l'objet d'une profonde restauration. Conçu comme un centre d'accueil et hébergement de 500 places pour sans-abris, ce vaste édifice remplit peu ou prou les mêmes fonctions 80 ans plus tard. Restaurer ce monument historique tout en s'adaptant à un environnement social et humain profondément bouleversé était un véritable pari.

La Cité de refuge présente nombre d'innovations : il s'agissait ainsi du premier bâtiment d'habitation entièrement hermétique, comportant en particulier mille mètres carrés de vitrages sans ouvrant. Tout au long de sa carrière, Le Corbusier attacha beaucoup d'attention à l'édifice qu'il remania à plusieurs reprises dès les années qui ont suivi l'inauguration.

Cet ouvrage est l'occasion de dresser une histoire architecturale, sociale et sociologique de ce bâtiment quasi expérimental et emblématique du mouvement moderne, et de sa restauration menée de 2011 à 2015.
Commandée en 1929 par l'Armée du Salut à Le Corbusier et à son cousin Pierre Jeanneret, la Cité de refuge a été la première réalisation d'ampleur de l'architecte ; elle fait aujourd'hui l'objet d'une profonde restauration. Conçu comme un centre d'accueil et hébergement de 500 places pour sans-abris, ce vaste édifice remplit peu ou prou les mêmes fonctions 80 ans plus tard. Restaurer ce monument historique tout en s'adaptant à un environnement ...

LOGEMENT POUR PERSONNE SEULE ; FOYER D'HEBERGEMENT

... Lire [+]

- 175 p , 90 AMB

Dans le paysage architectural français d'après-guerre, André Bruyère (1912-1998), disciple d'Emile Aillaud, s'illustre par des projets et des textes inspirés, toujours engagés, à l'écart de toute doctrine. Contestataire, il revendique son rejet de la dictature moderniste rationaliste et fonctionnelle de l'après-guerre. Au début des années 1960, il construit plusieurs hôtels et complexes pour la Société des bains de mer de Monaco, caractérisés par des formes libres et dynamiques, ainsi que de nombreux logements, individuels ou collectifs, dominés par la courbe. Ses réalisations les plus emblématiques - le centre de postcure de la fédération nationale des déportés de Fleury-Mérogis, l'hôtel La Caravelle en Guadeloupe ou le pavillon l'Orbe à Ivry - témoignent toutes d'une interprétation originale et d'une expression sensuelle, très personnelle. Il propose notamment un gratte-ciel en forme d'oeuf pour le concours du Centre Georges Pompidou, projet qui sera ensuite proposé à New York et à Marseille. Il compte parmi les architectes français importants mais mal connus, et parmi les plus singuliers. Dans le paysage architectural français d'après-guerre, André Bruyère (1912-1998), disciple d'Emile Aillaud, s'illustre par des projets et des textes inspirés, toujours engagés, à l'écart de toute doctrine. Contestataire, il revendique son rejet de la dictature moderniste rationaliste et fonctionnelle de l'après-guerre. Au début des années 1960, il construit plusieurs hôtels et complexes pour la Société des bains de mer de Monaco, caractérisés ...

MONOGRAPHIE ; ARCHITECTE-PROFESSION

... Lire [+]

- 192 p , 101 AH

Le fonctionnalisme triomphant de l'après-guerre a suscité une multitude de réactions et de propositions destinées à promouvoir une architecture plus humaine ou plus sensuelle. Prolongeant le constat de Gaston Bachelard selon lequel "L'homme, l'animal, l'amande, tous trouvent le repos maximum dans une coquille", plusieurs architectes installés en France mènent simultanément, dès la fin des années 1950, des recherches sur le voile de béton, une technique souple qui offre une immense liberté d'expression. Leurs expérimentations, principalement sur le programme de la maison individuelle, conduisent à des créations organiques, dont le biomorphisme suppose un nouveau mode d'habiter, une nouvelle poétique de l'espace.
C'est un corpus fascinant et en grande partie méconnu que révèle ce premier "Carnet d'architecture", à travers les travaux de Pascal Häusermann et Claude Costy, Jean-Louis Chanéac, Jacques Couëlle, Antti Lovag, Pierre Székely et Henri Mouette.
Le fonctionnalisme triomphant de l'après-guerre a suscité une multitude de réactions et de propositions destinées à promouvoir une architecture plus humaine ou plus sensuelle. Prolongeant le constat de Gaston Bachelard selon lequel "L'homme, l'animal, l'amande, tous trouvent le repos maximum dans une coquille", plusieurs architectes installés en France mènent simultanément, dès la fin des années 1950, des recherches sur le voile de béton, une ...

CONSTRUCTION EN BETON ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; XXe SIÈCLE ; MAISON INDIVIDUELLE

... Lire [+]

- 140 p , 121 PH

Cet ouvrage, mettant en lumière un aspect de l'histoire de Paris encore aujourd'hui curieusement négligé, propose de nous faire découvrir la capitale telle que les artistes la figuraient au temps de François Villon. Les reproductions, choisies notamment dans Les Très Riches Heures du duc de Berry, la Vie de saint Denis ou les Grandes Chroniques de France, et les textes historiques et descriptifs qui les accompagnent, guident le lecteur à travers une capitale transfigurée pour découvrir à quoi ressemblait la Bastille, le Temple, le Louvre, les Halles, Notre-Dame, la Sainte-Chapelle mais aussi des lieux mystérieux comme le gibet de Montfaucon ou le cimetière des Innocents. Cet ouvrage, mettant en lumière un aspect de l'histoire de Paris encore aujourd'hui curieusement négligé, propose de nous faire découvrir la capitale telle que les artistes la figuraient au temps de François Villon. Les reproductions, choisies notamment dans Les Très Riches Heures du duc de Berry, la Vie de saint Denis ou les Grandes Chroniques de France, et les textes historiques et descriptifs qui les accompagnent, guident le lecteur à travers ...

MOYEN-AGE ; HISTOIRE

... Lire [+]

- 149
ISBN 978-2-7577-0217-8, 60 AMG

Ange-Jacques Gabriel apparaît à la 6e génération d'une dynastie de maîtres maçons et d'architectes originaires de Normandie, que l'on retrouve au début du XVIIe siècle, à Paris , au service du roi.
L'ascension de cette dynastie est celle d'une entreprise où la collaboration intergénérationelle est animée par un génie collectif que les lettres d'anoblissement de la famille qualifient de "vertu héréditaire". Jaques V, père d'Ange-Jacques et premier architecte du roi, marque l'apogée de cette ascension : par un retour à la province, il diffuse l'art royal dans toute la France. Ange-Jacques, quant à lui, hérite du titre éminent de son prère mais travaille exclusivement pour le roi et même en étroite collaboration avec celui-ci, ce qui est sans précédent. A sa retraite, qui suit de peu la mort de Louis XV, la critique prérévolutionnaire condamne l'homme comme l'un des responsables de la faillite de l'Ancien Régime et l'oeuvre comme l'expression d'un style suranné. celle-ci comprend, cependant, combre de réalisation majeures, parmi lesquelles l'Ecole militaire, la Place de la Concorde, le Petit Trianon, les château de Compiègne et de Fontainebleau, les décors intérieurs Louis XV du château de Versailles et, en particulier, l'Opéra...
Ange-Jacques Gabriel apparaît à la 6e génération d'une dynastie de maîtres maçons et d'architectes originaires de Normandie, que l'on retrouve au début du XVIIe siècle, à Paris , au service du roi.
L'ascension de cette dynastie est celle d'une entreprise où la collaboration intergénérationelle est animée par un génie collectif que les lettres d'anoblissement de la famille qualifient de "vertu héréditaire". Jaques V, père d'Ange-Jacques et ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE

... Lire [+]

- 192 p.
ISBN 978-2-7577-0294-9, 59 AMG

Guillaume Gillet (1912-1987) a dirigé l'une des agences françaises les plus importantes de l'après-guerre. D'abord tenté par la peinture, qu'il pratique pendant sa longue captivité en Allemagne (1940-1945), il est diplômé en architecture en 1937 et Grand Prix de Rome en 1946. Il construit une oeuvre originale et novatrice en associant à ses projets les ingénieurs les plus inventifs (Jean Prouvé, Bernard Laffaille, René Sarger...) l'église Notre-Dame de Royan (1954-1969), première d'une série d'édifices religieux remarquables, le pavillon de la France à Bruxelles (1958) et l'Ecole nationale de la magistratureà Bordeaux (1960-1980) témoignent de cette démarche mêlant recherche esthétique et innovation technique Guillaume Gillet s'est par ailleurs investi dans les grands programmes de son temps, les architectures scolaires et pénitentiaires, le logement colletif (notamment le domane du Roy d'Espagne à Marseille, 1958-1973) et l'urbanisme. Gillet aura été l'une des figures importantes du mimlieu artistique français. Cet ouvrage est la première monographie qui lui est consacrée. Guillaume Gillet (1912-1987) a dirigé l'une des agences françaises les plus importantes de l'après-guerre. D'abord tenté par la peinture, qu'il pratique pendant sa longue captivité en Allemagne (1940-1945), il est diplômé en architecture en 1937 et Grand Prix de Rome en 1946. Il construit une oeuvre originale et novatrice en associant à ses projets les ingénieurs les plus inventifs (Jean Prouvé, Bernard Laffaille, René Sarger...) l'église ...

EGLISE ; QUARTIER ; BATIMENT UNIVERSITAIRE

... Lire [+]

- 192 p.
ISBN 978-2-7577-0340-3, 15 AMD

Lauréat d'un des premiers concours d'Habitation à bon marché de la ville de Paris en 1913, Félix Dumail (1883-1955) est l'un des architectes majeurs des débuts du logement public aidé en France et du thème de la "cité-jardin", anticipant celui du "grand ensemble". À l'exeption d'une incursion notable dans le domaine de l'architecture coloniale en Indochine, Dumail consacre l'essentiel de sa carrière à l'Office public d'habitations à bon marché de la Seine (OPHBMS), où il oeuvre comme architecte-directeur des cités-jardins de Gennevilliers, du Pré-Saint-Gervais, de Dugny ou de Suresnes, et d'un ensemble d'immeubles à Saint-Mandé. Il conçoit en parallèle quelques équipements publics emblématiques du socialisme municipal. Après la Seconde Guerre mondiale, aux côté de Jean Dubuisson, il réalise en un temps record le SHAPE Village de Saint-Germain-En-Laye, véritable manifeste d'une architecture alliant humanisme et réalisme technique. Le parcours de ce grand constructeur méconnu propose un éclairage sensible sur l'histoire du logement social français et l'aménagement des banlieues, dans une période où s'élabore une nouvelle politique de gestion de la croissance des périphéries. Lauréat d'un des premiers concours d'Habitation à bon marché de la ville de Paris en 1913, Félix Dumail (1883-1955) est l'un des architectes majeurs des débuts du logement public aidé en France et du thème de la "cité-jardin", anticipant celui du "grand ensemble". À l'exeption d'une incursion notable dans le domaine de l'architecture coloniale en Indochine, Dumail consacre l'essentiel de sa carrière à l'Office public d'habitations à bon marché ...

CITE-JARDIN ; BANLIEUE ; LOGEMENT SOCIAL ; H.B.M.

... Lire [+]

- 192 P.
ISBN 978-2-7577-0289-5, 56 AMM

Robert Mallet-Stevens (1886-1945) a été l'un des principaux acteurs de la rénovation de l'architecture et des arts décoratifs en France. Auteur d'édifices majeurs, tels la Villa Noailles à Hyères, la villa Cavrois à Croix et la rue qui porte son nom à Paris, il fut aussi un infatigable animateur de la scèn emoderne. Cet ouvrage propose un regard nouveau sur Mallet-Stevens en insistant sur la pluralité de ses activités. La figure du dandy a en effet occulté celle du travailleurs : Mallet-Stevens écrit beaucoup, renouvelle l'architecture par le dessin, conçoit des décors de cinéma et de multiples devantures de magasins ; il expose régulièrement des bâtiments éphémères, enseigne et, au sein de l'UAM (Union des artistes modernes), ambitionne de démocratiser les arts décoratifs modernes. L'homme - comme le créateur - retrouve ici sa stature dans cette étude qui ne néglige aucune de ses contributions. Robert Mallet-Stevens (1886-1945) a été l'un des principaux acteurs de la rénovation de l'architecture et des arts décoratifs en France. Auteur d'édifices majeurs, tels la Villa Noailles à Hyères, la villa Cavrois à Croix et la rue qui porte son nom à Paris, il fut aussi un infatigable animateur de la scèn emoderne. Cet ouvrage propose un regard nouveau sur Mallet-Stevens en insistant sur la pluralité de ses activités. La figure du dandy a en ...

MAISON INDIVIDUELLE ; RAPPORT ART-ARCHITECTURE ; RUE

... Lire [+]

- 192 P.
ISBN 978-2-7577-0329-8, 86 AMB

Connu pour sa participation au Bauhaus, célèbre pour ses immeubles en tubes de métal devenus des classiques du design, Marcel Breuer est surtout réputé pour la puissance des bâtiments qu'il édifie aux Etats-unis, où il s'est exilé en 1937. Sa carrière américaine culminera en 1966 avec la réalisation du Whitney Museum, à New-York. Mais c'est en France que cette figure majeure de de l'architecture du XXe siècle signe les oeuvres qui assurent sa notoriété : le siège d'une organisation culturelle internationale au coeur de Paris (l'Unesco) et le centre de recherche d'une multinationale de l'informatique sur la côte d'Azur (IBM). Pour édifier la station de Flaine, la ZUP de Bayonne et la villa Sayer, il exploite la rigueur constructive et la plasticité du plus français des matérieaux de construction : le béton armé et ses panneaux préfabriqués.
Figure charismatique, Marcel Breuer a enfin joué un rôle important dans l'histoire de la profession en France.
Connu pour sa participation au Bauhaus, célèbre pour ses immeubles en tubes de métal devenus des classiques du design, Marcel Breuer est surtout réputé pour la puissance des bâtiments qu'il édifie aux Etats-unis, où il s'est exilé en 1937. Sa carrière américaine culminera en 1966 avec la réalisation du Whitney Museum, à New-York. Mais c'est en France que cette figure majeure de de l'architecture du XXe siècle signe les oeuvres qui assurent sa ...

CONSTRUCTION EN BETON ; EQUIPEMENT CULTUREL ; SIEGE SOCIAL ; EQUIPEMENT TOURISTIQUE ; MAISON INDIVIDUELLE

... Lire [+]

- 192 p.
ISBN 978-2-7577-0300-7, 87 AMB

Jean Bossu (1912-1983) fait partie des disciples de Le Corbusier dont l'oeuvre est retées longtemps méconnue. Auteur d'innombrables projets et enseignant charismatique, il fut toute sa carrière durant un homme à la fois engagé dans le combat moderne et totalement libre. Son chef-d'oeuvre, le centre Saint-Réparatus à Orléanville (Algérie), a été détruit en 1980 lors d'un tremblement de terre. Comme en bien d'autre occasions, l'architecte y avait montré sa capacité à marier architecture vernaculaire et modernisme. Ses maisons individuelles sur la côté vendéenne, sa contribution à la reconstruction en Picardie, pour une artère résidentielle, enfin son inaltérable foi dans l'architecture en font l'une des figures les plus attachantes de son temps. Cet ouvrage est la première monographie qui lui est consacrée. Jean Bossu (1912-1983) fait partie des disciples de Le Corbusier dont l'oeuvre est retées longtemps méconnue. Auteur d'innombrables projets et enseignant charismatique, il fut toute sa carrière durant un homme à la fois engagé dans le combat moderne et totalement libre. Son chef-d'oeuvre, le centre Saint-Réparatus à Orléanville (Algérie), a été détruit en 1980 lors d'un tremblement de terre. Comme en bien d'autre occasions, l'architecte y avait ...

MAISON INDIVIDUELLE ; RECONSTRUCTION ; CENTRE COMMERCIAL

... Lire [+]

- 192 p.
ISBN 978-2-7577-0272-7, 58 AMG

Tony Garnier (1869-1948), qui édifia l'essentiel de son oeuvre à Lyon ­ où il naît au coeur du quartier de la Croix-Rousse ­ est demeuré longtemps méconnu au-delà de sa ville natale. Incontestablement lié à la figure d'Édouard Herriot, maire bâtisseur d'une longévité exceptionnelle, Garnier n'a en effet jamais pu mettre en oeuvre, hormis par fragments, le grand projet utopique de la « Cité industrielle » mis au point dès le début du XXe siècle et qui lui tenait tant à coeur. Élève de l'École des beaux-arts de Paris, grand prix de Rome, c'est pourtant à la villa Médicis qu'il travaille à son projet d'Une cité industrielle qui fait scandale quand il est reçu à Paris.

Malgré l'oubli et les dénaturations dont ses bâtiments ont parfois été les victimes, ses principales réalisations ­ les abattoirs de la Mouche, le stade de Gerland, l'hôpital Édouard-Herriot et la cité des États-Unis à Lyon, les villas néo-romaines de Saint-Rambert et de Saint-Didier-au-Mont-d'Or, ou encore l'hôtel de ville de Boulogne-Billancourt qu'il construit à la demande du député maire André Morizet ­ méritent assurément le détour. Le Corbusier, Auguste Perret et bien d'autres ont rendu hommage à Tony Garnier, soulignant l'atypisme de son parcours, son utilisation précoce du béton armé et, au final, sa contribution éminente à l'architecture et à l'urbanisme du XXe siècle.

Outre un portfolio et une biographie détaillée et synthétique qui n'oublie pas son oeuvre de peintre, l'auteur propose l'étude approfondie des projets majeurs de l'architecte, qu'ils aient été réalisés ou pas. Cette monographie consacrée à Tony Garnier permet d'aborder facilement son oeuvre, de la resituer dans son époque et d'en saisir immédiatement les temps forts.
Tony Garnier (1869-1948), qui édifia l'essentiel de son oeuvre à Lyon ­ où il naît au coeur du quartier de la Croix-Rousse ­ est demeuré longtemps méconnu au-delà de sa ville natale. Incontestablement lié à la figure d'Édouard Herriot, maire bâtisseur d'une longévité exceptionnelle, Garnier n'a en effet jamais pu mettre en oeuvre, hormis par fragments, le grand projet utopique de la « Cité industrielle » mis au point dès le début du XXe siècle et ...

HISTOIRE DE L'URBANISME ; ABATTOIR ; HOPITAL ; MAISON INDIVIDUELLE ; HOTEL DE VILLE

... Lire [+]

- 192 p.
ISBN 978-2-7577-0234-5, 42 AMN

Paul Nelson (1895-1979) fut le plus français des architectes américains du XXesiècle.Naturalisé quelques années seulement avant sa mort, il s'était engagé sur le Front dès 1917. Élève d'Auguste Perret, il entame en 1928 une carrière faite d'allers et retours entre la France et les États-Unis. De cette double culture, naîtront une pensée et une oeuvre profondément novatrices.

Même s'il a peu construit, Paul Nelson a élaboré, à travers quelques projets majeurs (cité hospitalière de Lille en 1932, pavillon chirurgical d'Ismaïlia en 1934, maison suspendue en 1936-1938), l'une des recherches les plus importantes de son temps, toute entière centrée sur l'espace moderne et la notion de confort qui en constitue l'enjeu principal. Particulièrement impliqué dans les programmes hospitaliers, Nelson y apporte la rationalité constructive, la rigueur et l'efficacité du fonctionnalisme, auquel il associe constamment une esthétique inspirée des divers mouvements d'avant-garde qu'il côtoie. La Reconstruction lui donne l'occasion de mettre en application ses théories avec la réalisation de l'hôpital mémorial France-États-Unis de Saint-Lô, puis celle des centres hospitaliers de Dinan et d'Arles. L'originalité de sa démarche tient en outre aux collaborations que Nelson­ peintre lui-même ­ n'a cessé d'entreprendre avec des artistes de premier plan : Braque, Léger, Calder, Giacometti, Hélion. Avec ce dernier, il réfléchit à une intégration de la couleur dans des espaces à la fois efficaces, dynamiques et poétiques.

Avec le projet de Palais de la découverte à Paris.
Paul Nelson (1895-1979) fut le plus français des architectes américains du XXesiècle.Naturalisé quelques années seulement avant sa mort, il s'était engagé sur le Front dès 1917. Élève d'Auguste Perret, il entame en 1928 une carrière faite d'allers et retours entre la France et les États-Unis. De cette double culture, naîtront une pensée et une oeuvre profondément novatrices.

Même s'il a peu construit, Paul Nelson a élaboré, à travers quelques ...

HOPITAL

... Lire [+]

- 192 p.
ISBN 978-2-7577-0185-0, 19 AMW

Après avoir été l'un des plus proches et fidèles collaborateurs de Le Corbusier, André Wogenscky (1916-2004) crée sa propre agence en 1956. En quarante ans, il construit une oeuvre considrable qui, sans jamais renier l'enseignement du maître, se distingue par sa force et sa singularité, sa sensualité aussi. Auteur de plusieurs maisons remarquables (dont la sienne à Saint-Rémy-lès-Chevreuse), André Wogenscky a montré sa capacité à concevoir des programmes complexes tels que bâtiments hospitaliers (Necker et Saint-Antoine à Paris) ou grands équipements collectifs (Maison de la culture de Grenoble, préfecture des Hauts-de-Seine à Nanterre), en France comme à l'étranger, puisque sa brillante carrière l'à également conduit au Proche-Orient et au Japon? Pour lui, l'architecture n'est pas seulement le lieu où les hommes évoluent, elle est aussi le moyen de les faire évoluer. Car l'architecture, dit-il, est "active"... Après avoir été l'un des plus proches et fidèles collaborateurs de Le Corbusier, André Wogenscky (1916-2004) crée sa propre agence en 1956. En quarante ans, il construit une oeuvre considrable qui, sans jamais renier l'enseignement du maître, se distingue par sa force et sa singularité, sa sensualité aussi. Auteur de plusieurs maisons remarquables (dont la sienne à Saint-Rémy-lès-Chevreuse), André Wogenscky a montré sa capacité à concevoir des ...

BATIMENT UNIVERSITAIRE ; CENTRE CULTUREL ; MAISON INDIVIDUELLE

... Lire [+]

- 192 p.
ISBN 978-2-88474-239-9, 76 AMA

Émile Aillaud (1902-1988) est une figure à la fois centrale et marginale de l'architecture de l'après-guerre en France. Centrale par l'ampleur de son oeuvre, qui va des décors éphémères aux grandes ensembles en passant par l'architecture industrielle. Marginale parce qu'Aillaud s'est touours écarté de l'urbanisme rationnel dominant.
parmis les rares constructeurs de son temps à avoir suscité l'intérêt de la critique d'art, Aillaud a profondément renouvelé l'approche du logement de masse - avec la cité des Courtillières et la cité de la Grande Borne, notamment - et participé aux plus grans projets d'aménagement parisiens, dont la Tête Défense et l'opération des Halles. plus d'un demi-siècle durant, il n'a eu de cesse de proposer une vision poétique de son art, donée sur la courbe et la couleur, avec une attention particulière à la place de l'enfant dans la cité. Cet ouvrage est la première monographie à lui être consacrée depuis 1983.
Émile Aillaud (1902-1988) est une figure à la fois centrale et marginale de l'architecture de l'après-guerre en France. Centrale par l'ampleur de son oeuvre, qui va des décors éphémères aux grandes ensembles en passant par l'architecture industrielle. Marginale parce qu'Aillaud s'est touours écarté de l'urbanisme rationnel dominant.
parmis les rares constructeurs de son temps à avoir suscité l'intérêt de la critique d'art, Aillaud a profondément ...

GRAND ENSEMBLE ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; ARCHITECTURE INDUSTRIELLE ; EGLISE

... Lire [+]

- 192 p.
ISBN 978-2-88474-238-2, 58 AMS

Constructeur inventif et prolifique, Henri Sauvage (1873-1932) est
l'un des pionniers de l'architecture du 20e siècle : ses recherches sur
les immeubles à gradins et la préfabrication constituent l'une des
bases des travaux menés par les générations de l'après-guerre. De
l'Art nouveau à l'Art déco, il a constamment renouvelé son art. La
villa Majorelle à Nancy, les habitations à bon marché, l'immeuble de
la rue Vavin et La Samaritaine à Paris, les magasins Decré à Nantes
sont les principaux jalons d'une oeuvre multiforme, qui comprend
également des papiers peints et de remarquables ensembles
mobiliers.
Constructeur inventif et prolifique, Henri Sauvage (1873-1932) est
l'un des pionniers de l'architecture du 20e siècle : ses recherches sur
les immeubles à gradins et la préfabrication constituent l'une des
bases des travaux menés par les générations de l'après-guerre. De
l'Art nouveau à l'Art déco, il a constamment renouvelé son art. La
villa Majorelle à Nancy, les habitations à bon marché, l'immeuble de
la rue Vavin et La Samaritaine à Paris, ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; H.B.M. ; PREFABRICATION ; IMMEUBLE DE RAPPORT ; GRAND MAGASIN

... Lire [+]

- 199 p , 45 PG

Au touriste, à l'amateur de l'histoire parisienne, le Guide du Paris surr?aliste propose d'aborder la ville sous l'angle de la littérature ou, mieux, d'introduire à la lecture par la promenade. Un livre à la main, le lecteur parcourra les itinéraires favoris de Louis Aragon, André Breton, René Crevel, Robert Desnos, Jacques Prévert et Philippe Soupault... ou de leurs personnages. À leur suite, mettant ses pas dans leurs pas, il se prêtera au vent de l'éventuel, recoupant les différents parcours, passant d'une rive à l'autre, découvrant ou redécouvrant Paris à l'aune de l'imaginaire surréaliste.Dans chacune des six parties, l'auteur utilise l'oeuvre de l'écrivain pour bâtir le parcours (avec Breton sur les traces de Nadja...). Des textes très évocateurs, de nombreuses citations, des encadrés thématiques, un répertoire alphabétique des lieux fréquentés par les surréalistes aideront le lecteur à les replacer dans l'histoire de la ville et dans la pratique du mouvement surréaliste, faisant ressortir un peu de leur magie. Au touriste, à l'amateur de l'histoire parisienne, le Guide du Paris surr?aliste propose d'aborder la ville sous l'angle de la littérature ou, mieux, d'introduire à la lecture par la promenade. Un livre à la main, le lecteur parcourra les itinéraires favoris de Louis Aragon, André Breton, René Crevel, Robert Desnos, Jacques Prévert et Philippe Soupault... ou de leurs personnages. À leur suite, mettant ses pas dans leurs pas, il se prêtera au vent ...

GUIDE

... Lire [+]

- 166 pages , 44 AMH

La carrière de l'architecte Jacques Ignace Hittorff (Cologne 1792-Paris 1867) est sans nul doute l'une des plus remarquables de son temps mais l'une des plus méconnues.Fils d'un maître tôlier de Cologne, il exerce pendant un demi-siècle sous cinq gouvernements ou souverains français différents. Il crée ainsi quelques-uns des plus célèbres édifices du xixe s. tels que la gare du Nord et conçoit l'une des plus belles perspectives de l'urbanisme européen : le grand axe s'élançant de la place de la Concorde et des Champs-Élysées à la place de l'Étoile, jusqu'au bois de Boulogne.Historien d'art fort influent, il rédigea des livres sur la Sicile, traduisit des ouvrages archéologiques et inventa une théorie sur la polychromie dans l'architecture grecque.L'auteur nous révèle la place de premier plan qu'occupe cet artiste dans l'architecture du xixe s. tout en nous faisant découvrir les documents exceptionnels et en grande partie inédits conservés à la bibliothèque de l'université de Cologne : journaux de chantiers, lettres, journaux de voyages et quantité de dessins superbes.Au sommaire:Introduction Hittorff, un architecte très parisienChapitre I Jeunesse et débuts artistiquesChapitre II Le temps des querelles et des débatsChapitre III Génie civilChapitre IV Décors de fêtes éphémèresChapitre V Architecture de théâtreChapitre VI Architecture profane privéeChapitre VII Bâtiments publicsChapitre VIII Architecture sacréeChapitre IX L'axe royal de ParisChapitre X La contribution d'Hittorff à la théorie de l'architecture au XIXe siècle La carrière de l'architecte Jacques Ignace Hittorff (Cologne 1792-Paris 1867) est sans nul doute l'une des plus remarquables de son temps mais l'une des plus méconnues.Fils d'un maître tôlier de Cologne, il exerce pendant un demi-siècle sous cinq gouvernements ou souverains français différents. Il crée ainsi quelques-uns des plus célèbres édifices du xixe s. tels que la gare du Nord et conçoit l'une des plus belles perspectives de l'urbanisme ...

URBANISME ; BATIMENT PUBLIC ; PLACE ; THEATRE ; EGLISE ; GARE DE CHEMIN DE FER ; DECORATION DE FACADE

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

Z