Rechercher


0

Documents  Parigramme | enregistrements trouvés : 102

O

-A +A

P Q


- 223 p , 48 PGA

Faire un pas de côté, sortir des sentiers battus et rebattus du tourisme de masse, tel est l'objectif de ce guide invitant à défricher de nouveaux territoires. Il s'agit en effet de présenter un Paris de tranches de vies, permettant au lecteur de prendre la température d'une ville en évolution et en transition écologique, architecturale, urbaine... et surtout, en expansion spatiale. C'est dans des quartiers demeurés longtemps hors du scope des visiteurs que se multiplient aujourd'hui les initiatives émergentes. Ces dix promenades nous incitent à décentrer notre vision géographique de Paris en opérant une légère translation vers l'Est. C'est sur ce versant que de nouvelles centralités s'affirment. 10 itinéraires : De la gare du Nord à Saint-Ouen / De la gare de l'Est à Aubervilliers / De la rotonde de la Villette à Pantin / Du Colonel Fabien au Pré Saint-Gervais / De Goncourt aux Lilas / De Charonne à Montreuil / D'Oberkampf à Bagnolet / De la gare de Lyon à Vincennes / D'Austerlitz à Ivry / Des Gobelins à Gentilly Nicolas Le Goff a travaillé à Mairie de Paris sur les questions d'innovation culturelle et numérique avant de prendre en charge les relations internationales du Centquatre. Il a collaboré au guide des Meilleurs bars de Paris (Parigramme) et aime sillonner à vélo la capitale pour dénicher des endroits inattendus Faire un pas de côté, sortir des sentiers battus et rebattus du tourisme de masse, tel est l'objectif de ce guide invitant à défricher de nouveaux territoires. Il s'agit en effet de présenter un Paris de tranches de vies, permettant au lecteur de prendre la température d'une ville en évolution et en transition écologique, architecturale, urbaine... et surtout, en expansion spatiale. C'est dans des quartiers demeurés longtemps hors du scope des ...

GUIDE ; RESTAURANT-CAFE ; BOUTIQUE

... Lire [+]

- 238 P , 40 PGA

La promenade architecturale est un des grands plaisirs parisiens. Les immeubles remarquables ne manquent pas. Il suffit de lever les yeux pour s'émerveiller devant des cariatides songeuses et des mascarons rieurs, le savant paraphe des balcons de fer forgé, le modelé des chapiteaux et des frises, ou le tricot plus populaire de briques multicolores.

Classée dans l'ordre chronologique, cette anthologie esquisse, à la paresseuse, une histoire des façades parisiennes, du pavillon d'Henri IV, premier immeuble-monument, à nos jours. Mais au fil du temps se détachent les trente années glorieuses de la façade de l'immeuble parisien, de 1882, date du règlement qui libère les saillies sur la rue, à 1914, qui met fin à cette Belle Époque.
La promenade architecturale est un des grands plaisirs parisiens. Les immeubles remarquables ne manquent pas. Il suffit de lever les yeux pour s'émerveiller devant des cariatides songeuses et des mascarons rieurs, le savant paraphe des balcons de fer forgé, le modelé des chapiteaux et des frises, ou le tricot plus populaire de briques multicolores.

Classée dans l'ordre chronologique, cette anthologie esquisse, à la paresseuse, une histoire des ...

GUIDE D'ARCHITECTURE

... Lire [+]

- 224 p , 92 PI

Berceau de la photographie, Paris en est demeurée la capitale.
L'histoire commence quand Daguerre, en un clair matin de 1839, dirige son appareil vers le boulevard du Temple. Les silhouettes animées des passants sont trop fugitives pour être fixées sur sa plaque et seul un petit personnage  resté immobile pour faire cirer ses chaussures  laisse son empreinte. Cet inconnu est le premier Parisien jamais photographié.
Que s'est-il passé depuis ? La photographie, portée aux sommets par les grands maîtres, a investi tous les domaines ; elle s'illustre dans l'art du portrait, le reportage, la mode, l'architecture, l'investigation scientifique, la carte postale elle devient un art mais aussi un témoin quand elle immortalise un événement historique.
Beaucoup d'images ont été sauvées par la grâce de collectionneurs avisés ou d'un sourire du destin. Pour autant, nombre d'entre elles restent muettes et leur mémoire s'est perdue. Celles dont on connaît mieux le sens et les circonstances nous promettent autant d'histoires extraordinaires
Berceau de la photographie, Paris en est demeurée la capitale.
L'histoire commence quand Daguerre, en un clair matin de 1839, dirige son appareil vers le boulevard du Temple. Les silhouettes animées des passants sont trop fugitives pour être fixées sur sa plaque et seul un petit personnage  resté immobile pour faire cirer ses chaussures  laisse son empreinte. Cet inconnu est le premier Parisien jamais photographié.
Que s'est-il ...

PHOTOGRAPHIE

... Lire [+]

- 280 p , 47 PG

Un hôtel particulier traverse la Seine, des stations de métro changent d'adresse, des façades se mettent au vert, des escaliers s'aventurent sur les océans, des décors s'expatrient Paris aurait-il le goût des voyages ?
L'historienne Ruth Fiori recense ici plus de deux cents déplacements de fontaines, de statues, de décors intérieurs, de fragments d'architecture, mais aussi d'édifices entiers Des vues anciennes in situ et des photographies actuelles illustrent ces migrations. Les transferts varient de quelques mètres au changement complet de quartier, de ville, de pays, voire de continent. On retrouve ainsi une devanture de boutique de l'île Saint-Louis au Metropolitan Museum of Art de New York, des vestiges du château des Tuileries en
Corse, une statue de la place Dauphine dans le Puy-de-Dôme, un obélisque du cimetière des Innocents en Picardie, la façade de l'ancienne gare du Nord à Lille, un pavillon des anciennes Halles à Nogent-sur-Marne Paris est partout !
Un hôtel particulier traverse la Seine, des stations de métro changent d'adresse, des façades se mettent au vert, des escaliers s'aventurent sur les océans, des décors s'expatrient Paris aurait-il le goût des voyages ?
L'historienne Ruth Fiori recense ici plus de deux cents déplacements de fontaines, de statues, de décors intérieurs, de fragments d'architecture, mais aussi d'édifices entiers Des vues anciennes in situ et des ...

MONUMENTS HISTORIQUES ; MOBILIER URBAIN ; DEMOLITION

... Lire [+]

- 192 p

La première ambition du XVIIIe siècle aurait-elle été de ne plus « périr en symétrie », comme s'en plaignait Mme de Maintenon en pensant aux courants d'air de Versailles ? En l'occurrence, c'est la sévérité du Grand Siècle qui est en cause, plus que les belles ordonnances, encore promises à de beaux jours.
L'architecture privée illustre l'esprit nouveau en composant dans un Paris où l'espace devient rare et les parcelles irrégulières ; à cette contrainte s'ajoute l'aspiration à des espaces intimes et aimables. « Nos petits appartements sont tournés comme des coquilles rondes et polies », note Louis-Sébastien Mercier. Les sinuosités rocaille des intérieurs gagnent parfois les façades avant que les bâtisseurs ne puisent dans l'Antiquité l'inspiration d'une renaissance néoclassique. Celle-ci demeurera un témoin sûr du goût français, partout imité, tandis que les embellissements publics portent la marque pédagogique et moralisatrice des Lumières.
Et pour cette ville de chair et de pierre, combien de Paris de papier ? Le siècle n'est avare ni de projets ni de plans qu'il reviendra au suivant de mettre en µuvre.
La première ambition du XVIIIe siècle aurait-elle été de ne plus « périr en symétrie », comme s'en plaignait Mme de Maintenon en pensant aux courants d'air de Versailles ? En l'occurrence, c'est la sévérité du Grand Siècle qui est en cause, plus que les belles ordonnances, encore promises à de beaux jours.
L'architecture privée illustre l'esprit nouveau en composant dans un Paris où l'espace devient rare et les parcelles irrégulières ; à cette ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; HISTOIRE DE L'URBANISME ; XVIIIe SIÈCLE

... Lire [+]

- 224 p , 123 PH

S'affichant en héritier de Charlemagne, Napoléon voulut bâtir un empire dépassant celui des Carolingiens. Et de Paris, il entendit faire la capitale de cet empire. Il en fut donc le premier urbaniste, s'employant à moderniser et à embellir la ville.
En améliorant l'éclairage public, en creusant des égouts, en élevant des marchés et des halles, en alimentant de nombreuses fontaines l'Empereur changea le quotidien des Parisiens. Mais c'est aussi de faste qu'il rêvait ; il aménagea de splendides promenades, fit construire des palais et des monuments, en restaura d'autres
Dans le même temps, le clan Bonaparte investissait les palais de la royauté tandis que les généraux de la Grande Armée s'établissaient dans les hôtels de la vieille aristocratie : c'est dans l'opulence, le luxe et la grandeur que devait être célébrée la légende napoléonienne.
S'affichant en héritier de Charlemagne, Napoléon voulut bâtir un empire dépassant celui des Carolingiens. Et de Paris, il entendit faire la capitale de cet empire. Il en fut donc le premier urbaniste, s'employant à moderniser et à embellir la ville.
En améliorant l'éclairage public, en creusant des égouts, en élevant des marchés et des halles, en alimentant de nombreuses fontaines l'Empereur changea le quotidien des Parisiens. Mais c'est ...

HISTOIRE DE L'URBANISME ; XVIIIe SIÈCLE ; XIXe SIÈCLE ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; HISTOIRE SOCIALE

... Lire [+]

- 282 p , 45 PM

Dans une dizaine d'années, le métro du Grand Paris reliera entre eux les principaux pôles urbains de la métropole, de Roissy à Saint-Quentin-en-Yvelines en passant par Nanterre ou Champigny-sur-Marne. C'est précisément en suivant le tracé du futur Grand Paris Express que les auteurs ont parcouru, à pied, une boucle de 300 kilomètres en partant de l'aérogare 1 de Roissy-Charles-de-Gaulle. Une trentaine d'étapes plus tard, ils nous livrent le récit d'un voyage singulier aux franges de l'agglomération parisienne, fait de rencontres et de détours, d'histoires ordinaires et extraordinaires.
Guy-Pierre Chomette mêle habilement l'anecdote et l'événement historique pour nous faire entrevoir la complexité de la banlieue et de ces territoires périurbains, terra encore trop largement incognita. À travers ses photographies, Valerio Vincenzo double cette enquête d'étonnantes images d'une métropole en métamorphose.
Dans une dizaine d'années, le métro du Grand Paris reliera entre eux les principaux pôles urbains de la métropole, de Roissy à Saint-Quentin-en-Yvelines en passant par Nanterre ou Champigny-sur-Marne. C'est précisément en suivant le tracé du futur Grand Paris Express que les auteurs ont parcouru, à pied, une boucle de 300 kilomètres en partant de l'aérogare 1 de Roissy-Charles-de-Gaulle. Une trentaine d'étapes plus tard, ils nous livrent le ...

SOCIOLOGIE URBAINE

... Lire [+]

- 192 p , 152 PU

Une église rabotée, des arcades jouant les trompe-l'oeil, des rues à tous les étages, des vestiges archéologiques bien contrariants, une grande artère appelée à être prolongée et qui ne le fut pas, une statue désorientée, une percée fantôme, des façades voyageuses... La ville rêvée par Haussmann connut bien des approximations, des rafistolages et des compromis avec les réalités existantes. Si, avec le temps, ces imperfections se sont fondues dans le paysage parisien, le promeneur appréciera, en connaisseur, d'en faire la collecte. Celle-ci est l'occasion de remarquer mille et une bizarreries, dispositions inhabituelles et détails méconnus qui adoucissent au fil des rues la rigidité de la grille haussmannienne. Une église rabotée, des arcades jouant les trompe-l'oeil, des rues à tous les étages, des vestiges archéologiques bien contrariants, une grande artère appelée à être prolongée et qui ne le fut pas, une statue désorientée, une percée fantôme, des façades voyageuses... La ville rêvée par Haussmann connut bien des approximations, des rafistolages et des compromis avec les réalités existantes. Si, avec le temps, ces imperfections se sont fondues ...

XXe SIÈCLE ; HISTOIRE DE L'URBANISME ; DÉTAIL D'ARCHITECTURE

... Lire [+]

- 159 p , 9 PAC

À Paris, la signature artistique de la Belle Époque, de la fin du XIXe siècle à la Grande Guerre, ne se résume pas aux volutes de l'Art nouveau. Si celles-ci peuplent les décors, elles sont moins présentes dans l'architecture. Les temps s'illustrent plutôt dans une joyeuse diversité des styles, des architectes et des créations au service d'un éclectisme bouillonnant. Paradoxalement, ce ne sont pas ceux qui entendaient rompre avec le passé qui ont le mieux préparé l'avenir, mais ceux qui s'attachaient à renouveler la tradition classique, dépassant les modes et s'inscrivant dans la durée.
Du Grand au Petit Palais, de la Samaritaine aux Galeries Lafayette, du Castel Béranger au Céramic hôtel l'architecture 1900 transcende son époque.
À Paris, la signature artistique de la Belle Époque, de la fin du XIXe siècle à la Grande Guerre, ne se résume pas aux volutes de l'Art nouveau. Si celles-ci peuplent les décors, elles sont moins présentes dans l'architecture. Les temps s'illustrent plutôt dans une joyeuse diversité des styles, des architectes et des créations au service d'un éclectisme bouillonnant. Paradoxalement, ce ne sont pas ceux qui entendaient rompre avec le passé qui ...

GUIDE D'ARCHITECTURE ; ART NOUVEAU ; ART DECO ; XIXe SIÈCLE ; XXe SIÈCLE

... Lire [+]

- 463 p , 15 PAB

En novembre 1851, l'Administration charge un jeune architecte, Gabriel Davioud, de faire exécuter des relevés de toutes les maisons appelées à être démolies dans le cadre des grands travaux modifiant le visage de Paris. Afin, est-il précisé, de conserver « du moins le souvenir des quartiers qui vont disparaître ».
Une équipe de collaborateurs-architectes est donc mise en place qui, durant trois ans, prend méthodiquement des croquis des façades concernées avec toutes les notations utiles (couleurs, enseignes, commerces...), puis reproduit et aquarelle ces dessins en atelier. L'entreprise, commandée par ceux-mêmes qui s'apprêtent à tailler en pièces le vieux Paris, aboutit ainsi au plus vaste recueil jamais réalisé des destructions du Second Empire et constitue en cela un document exceptionnel.
Malheureusement, ces dessins sont déposés aux archives de la Ville de Paris, lesquelles partent en fumée dans les incendies de la Commune en 1871. Les maisons détruites l'auront donc été deux fois, d'abord, réellement sous la pioche et ensuite, symboliquement, par les flammes. Restent les relevés de terrain, que Davioud dépose à la bibliothèque historique de la Ville de Paris en 1877... et dont ils ressortent aujourd'hui pour la première fois dans leur ensemble.
Ce document inédit passionnera par son détail les amateurs du vieux Paris et restera comme l'ultime trace d une ville fantôme, à jamais perdue, désertée par ses habitants mais montrant encore ses façades des XVIIe et XVIIIe siècles et les étalages de ses boutiques soudainement abandonnées.
En novembre 1851, l'Administration charge un jeune architecte, Gabriel Davioud, de faire exécuter des relevés de toutes les maisons appelées à être démolies dans le cadre des grands travaux modifiant le visage de Paris. Afin, est-il précisé, de conserver « du moins le souvenir des quartiers qui vont disparaître ».
Une équipe de collaborateurs-architectes est donc mise en place qui, durant trois ans, prend méthodiquement des croquis des façades ...

XVIIe SIÈCLE ; XVIIIe SIÈCLE ; DEMOLITION ; FACADE ; DESSIN ; COMMERCE

... Lire [+]

- 189 p , 32 PA

Ce panorama, autrement dit cette « vue qui embrasse tout », veut présenter l'architecture parisienne comme une suite de moments, de monuments, d'acteurs ou de traits distinctifs qui, chacun, ont contribué à façonner la ville. Le lecteur suivra ainsi le cours d'une histoire découpée, double page par double page, selon un mode à la fois chronologique et thématique. Il ne s'agit pas d'une seule succession de formes mais aussi des modalités de leur émergence et de leur diffusion. L'histoire vivante de l'architecture est faite d'influences, d'inventions, d'assimilations et de rejets. On passera ainsi en revue, dans des synthèses concises et claires agrémentées de photographies des exemples les plus significatifs, des époques et des styles (classicisme, romantisme, éclectisme, art nouveau...), des acteurs déterminants (architectes, souverains...), des notions (monumentalité, rationalisme, légèreté...), des motifs (clochers, dômes, tours...), des situations urbaines (l'immeuble d'angle), des matériaux (fer, brique, béton armé...). Ce vaste tableau ne se restreint pas aux seuls immeubles d'habitation mais englobe aussi les édifices - églises, hôtels particuliers, bâtiments publics...- qui composent le paysage urbain. Ce panorama, autrement dit cette « vue qui embrasse tout », veut présenter l'architecture parisienne comme une suite de moments, de monuments, d'acteurs ou de traits distinctifs qui, chacun, ont contribué à façonner la ville. Le lecteur suivra ainsi le cours d'une histoire découpée, double page par double page, selon un mode à la fois chronologique et thématique. Il ne s'agit pas d'une seule succession de formes mais aussi des modalités de leur ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE

... Lire [+]

- 187 p , 141 PU

De 1855 à 1937, Paris connaît 6 expositions universelles. L'auteur présente les divers espaces d'exposition. Une comparaison entre ces différents lieux à partir d'une documentation photographique en présente l'évolution. Résultat de 5 années d'enquête pour mieux connaître la Tour Eiffel depuis 1889, le Grand Palais des années 1900 ou le palais du Trocadéro en 1937. De 1855 à 1937, Paris connaît 6 expositions universelles. L'auteur présente les divers espaces d'exposition. Une comparaison entre ces différents lieux à partir d'une documentation photographique en présente l'évolution. Résultat de 5 années d'enquête pour mieux connaître la Tour Eiffel depuis 1889, le Grand Palais des années 1900 ou le palais du Trocadéro en 1937.

EXPOSITION UNIVERSELLE

... Lire [+]

- 207 p , 37 PGA

Attirés par les édifices remarquables, les perspectives régulières et le pittoresque, nous courons d'un site exceptionnel à un autre sans porter beaucoup d'attention aux quartiers que nous traversons. Trop ordinaires, sinon trop laids... Et si nous regardions avec davantage de curiosité ce tissu urbain banal ? Ses imperfections -bicoques insolites, décalages de toitures, juxtapositions surprenantes, immeubles en retrait... résultent des interventions d'une foule d'acteurs sociaux qui ont rarement les mêmes intérêts et ne disposent pas des mêmes moyens pour parvenir à leurs fins. Ainsi se fabriquent les villes, l'allure des rues n'étant finalement que la traduction des accords, des compromis ou des brouilles entre architectes, représentants de la puissance publique, propriétaires ou investisseurs, dans un fascinant mélange d'harmonie et disharmonie. Attirés par les édifices remarquables, les perspectives régulières et le pittoresque, nous courons d'un site exceptionnel à un autre sans porter beaucoup d'attention aux quartiers que nous traversons. Trop ordinaires, sinon trop laids... Et si nous regardions avec davantage de curiosité ce tissu urbain banal ? Ses imperfections -bicoques insolites, décalages de toitures, juxtapositions surprenantes, immeubles en retrait... résultent des ...

GUIDE D'ARCHITECTURE ; ANALYSE DE L'ARCHITECTURE ; ANALYSE URBAINE ; PARCELLAIRE

... Lire [+]

- 159 p , 115 PT

Ce livre, superbement illustré de photographies d'époque en noir et blanc et en couleurs, de vues aériennes qui permettent de mieux comprendre l'agencement des gares, de gravures, d'affiches anciennes et de plans des anciens et nouveaux réseaux ferréés nous raconte l'aventure du chemin de fer français. Une histoire vraie et passionnante, racontée de manière chronologique et thématique, qui nous conquiert dès les premières pages et nous annonce même le futur des réseaux parisiens jusqu'en 2023. Ce livre, superbement illustré de photographies d'époque en noir et blanc et en couleurs, de vues aériennes qui permettent de mieux comprendre l'agencement des gares, de gravures, d'affiches anciennes et de plans des anciens et nouveaux réseaux ferréés nous raconte l'aventure du chemin de fer français. Une histoire vraie et passionnante, racontée de manière chronologique et thématique, qui nous conquiert dès les premières pages et nous annonce ...

GARE DE CHEMIN DE FER ; RESEAU FERRE

... Lire [+]

- 280 pages , 9 PAD

Existe-t-il un programme architectural de la maison close parisienne ? Fermée sur le monde extérieur, la maison de l'entre-deux-guerres veut ouvrir sur de multiples horizons et soigne en conséquence sa distribution, ses agencements et ses décors. Fouillant les entrailles de « ces machines à plaisir », Paul Teyssier en décrit le cheminement labyrinthique, enchainant seuils, sas, couloirs, longues séquences de petits et de grands salons, d'escaliers et de chambres. À ce dispositif s'ajoute celui des coulisses, inaccessibles à la clientèle, prévoyant vestiaires, loges, chambres des pensionnaires, réfectoire, cabinet médical... Empruntant beaucoup à des structures plus conventionnelles (le couvent, le théâtre, la prison...), la maison close doit obéir à des prescriptions administratives et hygiénistes, multipliant les références historiques et intégrant les dispositifs de confort les plus modernes. Elle s'inscrit non seulement dans l'ordre du commerce de la consommation charnelle, mais plus largement dans la sphère des loisirs, partageant les innovations des dancings, du cinéma, des grands cafés dont elle est souvent la voisine. Cette « architecture inversée » se révèle dans les plans conservés aux archives de la Police que l'auteur a soigneusement étudiés. Ces documents traduisent la réalité du système construit du sexe avec ses codes, ses obligations règlementaires et ses répétitions formelles. Existe-t-il un programme architectural de la maison close parisienne ? Fermée sur le monde extérieur, la maison de l'entre-deux-guerres veut ouvrir sur de multiples horizons et soigne en conséquence sa distribution, ses agencements et ses décors. Fouillant les entrailles de « ces machines à plaisir », Paul Teyssier en décrit le cheminement labyrinthique, enchainant seuils, sas, couloirs, longues séquences de petits et de grands salons, ...

NIGHT CLUB ; LOISIR

... Lire [+]

- 615 pages , 110 PH

Cette histoire sensible de Paris quartier par quartier est celle des hommes plutôt que des pierres. Du vacarme de la rue aux conversations des salons, les générations successives qui ont habité les mêmes murs, contemplé les mêmes paysages, parcouru les mêmes rues... revivent sous nos yeux. La ville-roman retrouve ses personnages qui sont les artisans de l'âme parisienne. S'il n'y a rien de tout à fait neuf à Paris, « pas même la statue posée d'hier sur laquelle un gamin a déjà mis son nom », relevait Balzac en 1834, c'est que passé et présent s'entremêlent étroitement. Les souvenirs légués ne restent jamais lettres mortes. Cette fresque vivante renoue les fils de la comédie urbaine et nous fait pénétrer dans le théâtre légendaire d'un Paris animé, en perpétuelle ébullition. Publiée en 2006, c'est aujourd'hui une version refondue, soigneusement actualisée par l'auteur. Cette histoire sensible de Paris quartier par quartier est celle des hommes plutôt que des pierres. Du vacarme de la rue aux conversations des salons, les générations successives qui ont habité les mêmes murs, contemplé les mêmes paysages, parcouru les mêmes rues... revivent sous nos yeux. La ville-roman retrouve ses personnages qui sont les artisans de l'âme parisienne. S'il n'y a rien de tout à fait neuf à Paris, « pas même la statue posée ...

HISTOIRE DES HOMMES ; QUARTIER

... Lire [+]

- 224 pages , 111 PH

Quelle est donc cette ville, surgie d'un autre âge ? Rapprochant avec une minutie d'archéologue photographies anciennes et vues contemporaines, Leonard Pitt nous montre un Paris que nous n'avons plus guère l'occasion de contempler, quand bien même nous sommes familiers de ses quartiers, Saint-Germain-des-Prés, Maubert, les Halles, Beaubourg, Opéra... Tel était donc le visage de la capitale avant la régularisation haussmannienne, avant les remaniements plus ou moins heureux du xxe siècle. Quelle est donc cette ville, surgie d'un autre âge ? Rapprochant avec une minutie d'archéologue photographies anciennes et vues contemporaines, Leonard Pitt nous montre un Paris que nous n'avons plus guère l'occasion de contempler, quand bien même nous sommes familiers de ses quartiers, Saint-Germain-des-Prés, Maubert, les Halles, Beaubourg, Opéra... Tel était donc le visage de la capitale avant la régularisation haussmannienne, avant les ...

HISTOIRE DE L'URBANISME ; PHOTOGRAPHIE ; FACADE ; RENOVATION URBAINE ; RUE

... Lire [+]

- 317 pages , 135 PU

Paris s'élève sur ses décombres. Relativement épargnée par les guerres ou les incendies, la ville patrimoniale a été affectée en profondeur par les destructions volontaires. L'âpreté spéculative a ainsi valu à beaucoup d'hôtels particuliers d'être rasés. Mais les destructions ont aussi été le fait - et à plus grande échelle - de la puissance publique quand elle a voulu percer de larges avenues ou aligner de vieilles rues pour régulariser la ville.Toutefois, les pioches n'ont pas toujours été guidées par des nécessités lucratives ou urbanistiques. Ce sont parfois des symboles qu'on a voulu renverser. La démolition de la Bastille est le premier acte de la Révolution. D'autres suivront, même si les hommes de 1789 n'abattent finalement que peu d'édifices. La Commune détruit pour sa part sans délai, commençant par la maison de Thiers, figure versaillaise honnie entre toutes, et finissant par les Tuileries, dont les ruines resteront longtemps exposées. S'appuyant sur une iconographie riche et spectaculaire, Pierre Pinon dresse le sombre bilan des démolitions parisiennes et retrace les étapes de l'émergence d'une conscience patrimoniale. Paris s'élève sur ses décombres. Relativement épargnée par les guerres ou les incendies, la ville patrimoniale a été affectée en profondeur par les destructions volontaires. L'âpreté spéculative a ainsi valu à beaucoup d'hôtels particuliers d'être rasés. Mais les destructions ont aussi été le fait - et à plus grande échelle - de la puissance publique quand elle a voulu percer de larges avenues ou aligner de vieilles rues pour régulariser la ...

POLITIQUE DE L'URBANISME ; RECONSTRUCTION ; RUE ; FACADISME ; DECORATION DE FACADE ; PATRIMOINE ARCHITECTURAL

... Lire [+]

- 327 pages , 63 PB

L'hôtel particulier parisien apparaît au Moyen Âge et se développe jusqu'au début du XXe siècle, témoin de la rencontre entre les contraintes d'une ville et un désir du propriétaire d'afficher sa réussite.Profondément ancré dans Paris et son histoire, l'hôtel particulier représente aussi un havre de paix qui assure à ses habitants une retraite à l'abri des désagréments de la ville. Les Hôtels particuliers de Paris, du Moyen-Âge à la Belle Époque racontent l'histoire passionnante de ces bâtisses qui font rêver. L'ouvrage est admirablement illustré : des documents d'archives et des plans accompagnent un reportage photographique remarquable. L'hôtel particulier parisien apparaît au Moyen Âge et se développe jusqu'au début du XXe siècle, témoin de la rencontre entre les contraintes d'une ville et un désir du propriétaire d'afficher sa réussite.Profondément ancré dans Paris et son histoire, l'hôtel particulier représente aussi un havre de paix qui assure à ses habitants une retraite à l'abri des désagréments de la ville. Les Hôtels particuliers de Paris, du Moyen-Âge à la Belle Époque ...

HOTEL PARTICULIER ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

Z