Rechercher


0

Documents  ENERGIE | enregistrements trouvés : 34

O

-A +A

P Q

- 116 p , 13 PEC

L'optimisation du lien entre territoires et énergies constitue l'un des facteurs de la réussite de la transition énergétique de nos territoires. Les consommations énergétiques liées au bâti jouent un rôle primordial, à côté de celles liées aux transports.

À l'échelle de la Métropole du Grand Paris, la consommation énergétique du bâti (résidentiel et tertiaire) représente environ 90 TWh/an (ARENE, 2009). C'est 65 % de la consommation énergétique totale en incluant transports terrestres et industrie (moyenne régionale). Les faibles niveaux de consommation énergétiques des constructions neuves, associés à un faible taux de renouvellement urbain font que la très grande majorité des consommations (et des émissions de gaz à effet de serre) seront le fait en 2050 de bâtiments déjà construits aujourd'hui. La connaissance du stock bâti, autant du point de vue des consommations, que de la capacité à accompagner l'essor des énergies renouvelables et de récupération, la valorisation des réseaux énergétiques et le développement des énergies renouvelables sont les éléments structurants pour mener une politique massifiée vis-à-vis de la réduction de la consommation en énergie et en émissions de gaz à effet de serre (GES).

C'est dans ce contexte qu'a été développé le « Plan Local Énergie (PLE) », démarche engagée par l'Atelier Parisien d'Urbanisme à l'échelle de Paris et de la Métropole du Grand Paris avec de nombreux partenaires publics et privés. Elle vise à fournir aux acteurs territoriaux une « boîte à outils » réunissant, à partir d'un système cartographique, données et éléments d'analyse qui leur permettront d'assoir leur stratégie énergétique territorialisée. Il constituera l'une des bases du futur Plan Climat Air Énergie Métropolitain.
L'optimisation du lien entre territoires et énergies constitue l'un des facteurs de la réussite de la transition énergétique de nos territoires. Les consommations énergétiques liées au bâti jouent un rôle primordial, à côté de celles liées aux transports.

À l'échelle de la Métropole du Grand Paris, la consommation énergétique du bâti (résidentiel et tertiaire) représente environ 90 TWh/an (ARENE, 2009). C'est 65 % de la consommation é...

ENERGIE ; BATIMENT

... Lire [+]

n° 207 - de p 56 à 57

3 exemples de réhabilitations, performance énergétique et confort thermique pour des immeubles de logements socials à Paris.

ENERGIE ; REHABILITATION DE BATIMENT ; BATIMENT D'HABITATION COLLECTIF

... Lire [+]

- 353 p , 26 AT

l'ADEME développe l'Approche Environnementale de l'Urbanisme (AEU). Cette démarche, qui participe au développement durable, idéntifie et optimise l'ensemble des critères environnementaux, de la conception de projets de planification urbaine et d'aménagement opérationnel jusqu'à leur réalisation.L'ouvrage est organisé en cinq volets correspondant aux grands champs d'apllication de l'AEU : Énergie, Eau, Déplacements, Déchets, Bruit. l'ADEME développe l'Approche Environnementale de l'Urbanisme (AEU). Cette démarche, qui participe au développement durable, idéntifie et optimise l'ensemble des critères environnementaux, de la conception de projets de planification urbaine et d'aménagement opérationnel jusqu'à leur réalisation.L'ouvrage est organisé en cinq volets correspondant aux grands champs d'apllication de l'AEU : Énergie, Eau, Déplacements, Déchets, Bruit.

DEVELOPPEMENT DURABLE ; PROJET URBAIN ; EAU ; ENERGIE ; TRAITEMENT DES DECHETS ; PROTECTION BRUIT

... Lire [+]

- 105 p , 104 PL

Depuis le vote du Plan climat en 2007, l'Apur a suivi la mise en µuvre des solutions de réhabilitations dans les logements de la période 1945 et 1974.
L'étude fait le bilan des pratiques de réhabilitations menées ces dernières années à Paris et analyse en détail huit opérations de rénovation thermique. Cette étude dresse un panorama des solutions mises en µuvre afin de partager la connaissance acquise dans les pratiques de la réhabilitation thermique de l'habitat. Elle précise les exigences environnementales à prendre en compte dans les opérations, notamment en regard de l'atténuation des effets des îlots de chaleur urbain et de l'adaptation de Paris au changement climatique.
- 25-31 rue Boussingault Paris 13, construit en 1959
- 5-9 Bl Bois Le Prêtre, Paris 17, construit en 1961
- 65-71 rue Curial, construit en 1966
- 1-11 quai de Metz, Paris 19, construit en 1967
- 19-25 rue Mathis, Paris 19, construit en 1967
- 10-14 rue Julien Lacroix, Paris 20, construit en 1967
- 55-57 rue Brillat Savarin, Paris 13, construit en 1971
- 22- 27 rue de la Glacière, Paris 13, construit en 1974
Depuis le vote du Plan climat en 2007, l'Apur a suivi la mise en µuvre des solutions de réhabilitations dans les logements de la période 1945 et 1974.
L'étude fait le bilan des pratiques de réhabilitations menées ces dernières années à Paris et analyse en détail huit opérations de rénovation thermique. Cette étude dresse un panorama des solutions mises en µuvre afin de partager la connaissance acquise dans les pratiques de la réhabilitation ...

PARC DE LOGEMENTS ; ENERGIE ; XXe SIÈCLE

... Lire [+]

n° 207 - de p 52 à p 55

Ce projet de réhabilitation présente le cas d'une forme de valorisation du patrimoine historique, qui ne renonce à répondre ni aux enjeux du logement social contemporain, ni aux exigences de limitation des cosommations énergetiques et des émission de gaz à effet de serre.

PATRIMOINE ARCHITECTURAL ; REHABILITATION DE BATIMENT ; ENERGIE

... Lire [+]

- 157 p , 66 AT

Pour les 12 architectes contributeurs de cet ouvrage  prix lauréats des Global Awards , être architecte consiste à produire des objets en étant concerné par l'état réel du monde habité : sur-consommation des ressources, misère de l'habitat populaire, violence d'une urbanisation mondiale livrée aux seules forces du marché. Ils se distinguent aussi d'une mouvance écologiste qui peine à convaincre le monde, à cause de son catastrophisme et de son manque de projet face à cette urbanisation générale inéluctable. Parce qu'ils sont architectes, eux veulent au contraire reconstruire un projet de civilisation urbaine, à partir du monde tel qu'il est, pour réenchanter la condition humaine. En affirmant l'action transformatrice de l'architecture. Non, disent-ils, l'architecte n'est pas condamné à devenir le designer du stade terminal de la consommation. Pour les 12 architectes contributeurs de cet ouvrage  prix lauréats des Global Awards , être architecte consiste à produire des objets en étant concerné par l'état réel du monde habité : sur-consommation des ressources, misère de l'habitat populaire, violence d'une urbanisation mondiale livrée aux seules forces du marché. Ils se distinguent aussi d'une mouvance écologiste qui peine à convaincre le monde, à cause de son cat...

ECOLOGIE APPLIQUEE A L'HABITAT ; ECONOMIE URBAINE ; ENERGIE

... Lire [+]

- 241 p , 45 CAT

Au fil de son histoire, la Ville de Paris a acquis des tearrains situés en ïle de France, pour répondre aux différents besoins de son développement : alimentation en eau, énergies, assainissement et traitement des déchets, espaces verts et logements. Cet ouvrage présente l'évolution et le devenir de ces territoires :- Gare des Mines (Aubervilliers, Saint Denis) Dusapin-Leclercq, Agence TER- Bercy-Charenton (Charenton-le-Pont)- Porte fluviale (issy-les-Moulineaux)- Quartier du Bac d'Asnières (Clichy la Garenne), Ellipse, TN et HYL- Les Docks de Saint Ouen, Makan Rafattdjou- Domaine de Beauregard (La Celle Saint Cloud) HYL- Le Clos Nollet (Athis Mons) - Quartier des Mordacs (Champigny sur Marne) Atelier Ruelle- Quartier du Pont de Sèvres (Boulogne Billancourt)Christian Devillers- Canal SAint Denis et l'INSEP (Dusapin Leclercq)- Bois de Vincennes Au fil de son histoire, la Ville de Paris a acquis des tearrains situés en ïle de France, pour répondre aux différents besoins de son développement : alimentation en eau, énergies, assainissement et traitement des déchets, espaces verts et logements. Cet ouvrage présente l'évolution et le devenir de ces territoires :- Gare des Mines (Aubervilliers, Saint Denis) Dusapin-Leclercq, Agence TER- Bercy-Charenton (Charenton-le-Pont)- Porte fluviale ...

LOGEMENT SOCIAL ; CANAL ; GARE DE CHEMIN DE FER ; AUTOROUTE ; ENERGIE ; EAU ; ASSAINISSEMENT ; ESPACE VERT ; ELLIPSE ; RESEAU

... Lire [+]

- 67 p , 15 PEC

L'optimisation du lien entre territoires et énergies constitue l'un des facteurs de la réussite de la transition énergétique de nos territoires. Les consommations énergétiques liées au bâti jouent un rôle primordial, à côté de celles liées aux transports.

À l'échelle de la Métropole du Grand Paris, la consommation énergétique du bâti (résidentiel et tertiaire) représente environ 90 TWh/an (ARENE, 2009). C'est 65 % de la consommation énergétique totale en incluant transports terrestres et industrie (moyenne régionale). Les faibles niveaux de consommation énergétiques des constructions neuves, associés à un faible taux de renouvellement urbain font que la très grande majorité des consommations (et des émissions de gaz à effet de serre) seront le fait en 2050 de bâtiments déjà construits aujourd'hui. La connaissance du stock bâti, autant du point de vue des consommations, que de la capacité à accompagner l'essor des énergies renouvelables et de récupération, la valorisation des réseaux énergétiques et le développement des énergies renouvelables sont les éléments structurants pour mener une politique massifiée vis-à-vis de la réduction de la consommation en énergie et en émissions de gaz à effet de serre (GES).

C'est dans ce contexte qu'a été développé le « Plan Local Énergie (PLE) », démarche engagée par l'Atelier Parisien d'Urbanisme à l'échelle de Paris et de la Métropole du Grand Paris avec de nombreux partenaires publics et privés. Elle vise à fournir aux acteurs territoriaux une « boîte à outils » réunissant, à partir d'un système cartographique, données et éléments d'analyse qui leur permettront d'assoir leur stratégie énergétique territorialisée. Il constituera l'une des bases du futur Plan Climat Air Énergie Métropolitain.
L'optimisation du lien entre territoires et énergies constitue l'un des facteurs de la réussite de la transition énergétique de nos territoires. Les consommations énergétiques liées au bâti jouent un rôle primordial, à côté de celles liées aux transports.

À l'échelle de la Métropole du Grand Paris, la consommation énergétique du bâti (résidentiel et tertiaire) représente environ 90 TWh/an (ARENE, 2009). C'est 65 % de la consommation é...

ENERGIE

... Lire [+]

- 100 p. , 23 AT

S'adressant en priorité aux maîtres d'ouvrage "occasionnels" , ce petit guide a pour but de donner ( ou re-donner) les définitions indispensables à l'établissement d'un langage commun et d'exposer les étapes nécessaires et suffisantes d'approche en "coût global" pendant les différentes phases d'études de programmation, de conception, de chantier et de mise en service. S'adressant en priorité aux maîtres d'ouvrage "occasionnels" , ce petit guide a pour but de donner ( ou re-donner) les définitions indispensables à l'établissement d'un langage commun et d'exposer les étapes nécessaires et suffisantes d'approche en "coût global" pendant les différentes phases d'études de programmation, de conception, de chantier et de mise en service.

EQUIPEMENT PUBLIC ; LEGISLATION DE LA CONSTRUCTION ; QUALITÉ ARCHITECTURALE ; BATIMENT ; POLITIQUE ECONOMIQUE ; APPROPRIATION DE L'ESPACE ; ANALYSE DE L'ARCHITECTURE ; ENERGIE

... Lire [+]

N°361/362 - p. 162 à

LA RIVP a tenté de prouver avec cette opération, qu'il est possible de construire des bâtiments à énergie positive sur des sites contraints. L'agence Baudoin Bergeron a répondu à cette commande difficile en proposant un bâtiment compact et coloré, éclairant les parties communes d'une lumière zénithale.

ENERGIE ; ECOLOGIE APPLIQUEE ; LOGEMENT SOCIAL

... Lire [+]

- 18 p , 119 PU

Dans la quête de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les réseaux de chaleur ont-t-il un rôele à jouer? L'analyse porte sur les énergies utilisés par les réseaux et établit une comparaison avec les solutions de chauffage individuelles.

CHAUFFAGE URBAIN ; ENERGIE ; POLLUTION ATMOSPHERIQUE ; ENVIRONNEMENT

... Lire [+]

- 38 pages , 7 PEC

Paris, de par sa densité urbaine, possède un climat plus doux que le reste de la région Ile-de-France. Ce phénomène climatique, documenté depuis le XIXe siècle, est appelé « îlot de chaleur urbain » (ICU). La canicule de 2003 a mis en exergue le caractère éminemment problématique de cette particularité climatique, son effet amplificateur sur la mortalité a marqué les esprits et interroge de façon plus générale les pratiques urbaines et leurs effets sur l'expression du climat d'une ville. Afin d'améliorer la connaissance de l'îlot de chaleur parisien, l'Apur a assisté Météo France et le CSTB de 2007 à 2012 dans le programme de recherche EPICEA (Étude Pluridisciplinaire des Impacts du Changement climatique à l'Échelle de l'Agglomération parisienne). L'Apur a, en complément de ce travail de recherche, réalisé des reportages thermographiques de l'espace public parisien afin de permettre au grand public une meilleure compréhension des phénomènes climatiques urbains. Rédigé à l'attention des aménageurs et des décideurs, ce document synthétise les connaissances accumulées ces dernières années par l'Apur sur la question de l'îlot de chaleur urbain parisien, il décrit en particulier le lien qui existe entre pratiques urbaines et microclimat à Paris. Ce document est le premier volet d'une étude en deux volets. Sommaire : ContextePréambuleHistorique du rapport entre ville et consommation d'énergieVers un urbanisme climatiqueGuide de lectureGénéralitésQu'est-ce qu'un ICU ?Quand apparaît l'ICU ?Combien de degrés d'écart entre Paris et les zones rurales les plus proches ?L'ICU : un phénomène encore mal mesuréComment documenter précisément l'ICU parisienPhase 1 - Compréhension de l'ICU parisien : les grands facteurs d'influence du climatL'eauLa végétationLes revêtements de l'espace publicLes matériaux employés dans les bâtimentsLa forme urbaineLes activités humainesPhase 2 (à paraître en 2013 ) - Premiers élémentsPremières mesures d'adaptationVers une politique d'adaptation du territoire parisien Paris, de par sa densité urbaine, possède un climat plus doux que le reste de la région Ile-de-France. Ce phénomène climatique, documenté depuis le XIXe siècle, est appelé « îlot de chaleur urbain » (ICU). La canicule de 2003 a mis en exergue le caractère éminemment problématique de cette particularité climatique, son effet amplificateur sur la mortalité a marqué les esprits et interroge de façon plus générale les pratiques urbaines et leurs ...

ENERGIE ; DEVELOPPEMENT DURABLE

... Lire [+]

- 23 pages , 26 IF 93

Dans le prolongement du premier document de travail réalisé par l'Atelier en 2006 sur le site des Docks de Saint-Ouen, cette nouvelle étude fait le point sur l'état des réflexions menées par les acteurs principaux du projet d'aménagement. Elle rappelle les enjeux urbains de l'aménagement de ce vaste territoire et précise des scénarios de valorisation des terrains parisiens, dans le cadre du schéma directeur d'aménagement des Docks élaboré par la Ville de Saint-Ouen. En regard de ce projet d'aménagement en préparation, l'étude établit également un diagnostic des usines de production d'énergie présentes sur le site (SYCTOM et CPCU) ainsi que des installations EDF, soulignant les opportunités que le projet des Docks ouvre pour une meilleure gestion du pôle énergétique. La concentration sur le site des Docks de trois grands services urbains, générateurs et transporteurs d'énergie, combinée avec la présence d'infrastructures, rail-route et fleuve, constitue un atout important pour amorcer une reconversion profonde du site en conduisant un aménagement exemplaire en terme de développement durable. L'étude examine les hypothèses pour le développement d'un pôle énergétique HQE à partir du site du SYCTOM, envisageant le déplacement de l'usine de la CPCU et du garage des bennes à ordures de la Ville de Paris. Dans le prolongement du premier document de travail réalisé par l'Atelier en 2006 sur le site des Docks de Saint-Ouen, cette nouvelle étude fait le point sur l'état des réflexions menées par les acteurs principaux du projet d'aménagement. Elle rappelle les enjeux urbains de l'aménagement de ce vaste territoire et précise des scénarios de valorisation des terrains parisiens, dans le cadre du schéma directeur d'aménagement des Docks élaboré par la ...

AMENAGEMENT URBAIN ; ENERGIE ; RECONVERSION ; SITE INDUSTRIEL

... Lire [+]

- 317 p , 68 AT

Si l histoire de la déconnexion trouve ses racines au XIXe siècle, le mouvement de l autonomie énergétique arrive à maturité entre 1970 et 1980. Fortement impulsée par le contexte de crise de la fin des années 1960 et la contre-culture américaine, l autonomie quittera cet espace-temps pour se propager géographiquement, remontant des filières plus institutionnelles et poussant ses propres limites, de l unité domestique à ville territoire.
La curieuse machine autonome de John Adolphus Etzeler, la maison autonome d Alexander Pike, les logements de Sean Wellesley Miller et Day Chaharoudi ou la ville auto-énergétique de Georges Alexandroff attestent de la puissance de ce concept. Cet idéal de déconnexion conjuguait virtuosité technique, projet économique, social et environnemental, dans un renversement critique de l ordre technologique hérité. Dans une configuration idéologique et symbolique complexe, l autonomie énergétique a fonctionné comme une fabrique d idéalité rurale et urbaine.
En partant de quelques scénarios énergétiques de la période 1970-1980 et d archives originales, cet ouvrage ambitionne de retracer la généalogie du mouvement de l autonomie énergétique. Sous le prisme du rapport connexion vs déconnexion, la première partie propose une mise en perspective historique du thème, revenant aux origines de la cité câblée au début du XIXe siècle. La seconde, en suivant l évolution des programmes et des échelles analyse, à travers un corpus de projets, la décennie d expérimentations architecturales qui a participé à l éclatement du cadre énergétique moderne.
Si l histoire de la déconnexion trouve ses racines au XIXe siècle, le mouvement de l autonomie énergétique arrive à maturité entre 1970 et 1980. Fortement impulsée par le contexte de crise de la fin des années 1960 et la contre-culture américaine, l autonomie quittera cet espace-temps pour se propager géographiquement, remontant des filières plus institutionnelles et poussant ses propres limites, de l unité domestique à ville territoire.
La ...

ENERGIE ; RESEAU ; EAU ; CHAUFFAGE

... Lire [+]

Hors-série n°64 - p. 19 - 22

A l'initiative de la chaire Paysage et Energie, un workshop a mobilisé sept équipes d'étudiants venus de dix-huit écoles différentes en partenariat avec le Land Art Generator Initiative (LAGI). Compte rendu de workshop.

ENERGIE ; PAYSAGE

... Lire [+]

- 141 p , 61 AT

Aujourd'hui, la notion de ville durable tend à devenir un slogan marketing ou une formule politiquement correcte, utile pour créer du consensus, mais peu apte à fonder des stratégies pertinentes pour l'organisation urbaine.Pourtant, nos sociétés et nos villes doivent désormais se préparer à fonctionner avec un pétrole plus rare et plus cher. Depuis dix ans, les coûts urbains (immobilier, dépenses publiques, carburant) ont connu une progression très rapide et pèsent de plus en plus lourd sur les finances publiques et privées.Les villes les plus audacieuses ont cependant compris que la contrainte énergétique peut être une formidable opportunité de se réinventer en s'appuyant sur une autre vision de la cité de demain : celle d'une ville frugale.Cette approche fixe comme priorité d'offrir plus de satisfactions à ses habitants en consommant moins de ressources.Jean Haëntjens en explique le principe en l'appliquant de manière concrète aux différents composants de notre système urbain. Illustrant son propos par des exemples pertinents, il démontre qu'il est possible de concilier les contraintes écologiques, énergétiques et économiques tout en apportant une réponse aux attentes sociétales et culturelles.Ce livre est une « boîte à dessein » à l'usage de tous ceux qui cherchent des repères ou des « briques » pour transformer leurs rêves de ville en réalité.Un ouvrage indispensable pour les collectivités, les administrations, les organismes et tout citoyen concerné par l'organisation urbaine.A propos de « La ville frugale » :Si de nombreux pays vivent aujourd'hui « au dessus de leurs moyens », ils le doivent en partie à une organisation urbaine fortement consommatrice d'énergie, d'espace, de temps et d'argent public.L'inflation des coûts urbains (loyers, transports, carburants, coûts sociaux) n'est pourtant pas une fatalité. Les cités qui ont fait du principe de frugalit? - obtenir plus de satisfactions avec moins de ressources ­ le fil directeur de leur stratégie ont montré qu'il était possible d'inventer un autre « mode de ville » plus agréable à vivre, plus convivial et plus joyeux.Pour atteindre cet objectif, elles ne se sont pas contentées d'interdire ou d'investir: Elles ont su créer un désir collectif en s'appuyant sur les attentes de simplicité, de sociabilité et de retour au naturel partagées par une proportion croissante de leurs citoyens. Pour répondre à plus d'attentes avec moins de moyens, elles ont multiplié les innovations. Celles-ci ne concernent pas seulement les outils techniques (transports, gestion des déchets, énergie) mais aussi la composition urbaine, le droit de l'urbanisme, la tarification, l'esthétique et la gouvernance. Et ces innovations se déploient simultanément sur les champs de l'habitat, de la mobilité, de l'espace public, de l'économie, de la culture, de l'éducation et de l'environnement.En fait, le véritable défi que doivent relever les villes qui ont fait le choix de la frugalité, c'est d'agir en coh?rence sur ces multiples leviers. La question, pour elle, n'est pas d'imaginer des formes urbaines révolutionnaires, mais des combinaisons nouvelles entre des technologies éprouvées (le tramway, le vélo, le moteur électrique), des technologies récentes (le numérique, les énergies renouvelables) et des pratiques urbaines en pleine mutation.Quand la notion de ville durable tend à devenir un slogan marketing sans grande signification, celle de ville frugale oblige donc à une incontestable rigueur dans la recherche des compromis. Pour concilier les attentes de mobilité et la sobriété énergétique, le désir d'espace et la recherche de compacité, la métropole ouverte sur le monde et la ville à vivre, la qualité urbaine et la maîtrise des coûts, il faut pouvoir s'appuyer sur des principes et de la méthode. Aujourd'hui, la notion de ville durable tend à devenir un slogan marketing ou une formule politiquement correcte, utile pour créer du consensus, mais peu apte à fonder des stratégies pertinentes pour l'organisation urbaine.Pourtant, nos sociétés et nos villes doivent désormais se préparer à fonctionner avec un pétrole plus rare et plus cher. Depuis dix ans, les coûts urbains (immobilier, dépenses publiques, carburant) ont connu une progression ...

DEVELOPPEMENT DURABLE ; ECOLOGIE ; ENERGIE

... Lire [+]

n° 191 - p.68 à p.71

Cette maison est une synthèse des connaissances et réflexions sur l'éco-construction de Pascal Gontier

MAISON INDIVIDUELLE ; BOIS ; DEVELOPPEMENT DURABLE ; ENERGIE

... Lire [+]

- 99 p , 70 IF92

Il est admis par tous que l'architecture a un rôle ? jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique, et architectes et promoteurs se sont emparés de cette question.Bouygues Immobilier a imaginé "Green Office" avec l'idée de proposer des immeubles de bureaux à énergie positive - qui consomment donc moins d'énergie qu'ils n'en produisent, à l'échelle globale d'une année - et qui cependant conservent tous les avantages, en termes de coût et de confort, d'immeubles plus classiques. Ce sont les Ateliers 115, sous la direction de Ion Enescu, qui ont conçu et réalisé ce premier projet, idéalement situé à côté de la forét de Meudon, premier d'une longue lignée.Production d'énergie renouvelable et limitation des dépenses énergétiques ont déterminé la volumétrie du bâtiment, ses façades, souvent en partant d'idées simples et efficaces, utilisées depuis la nuit des temps, et en les complétant avec des technologies de pointe - entre autres, des systémes de gestion des dépenses énergétiques qui permettent d'ajuster les consommations automatiquement ou selon la volonté et les besoins de l'utilisateur.Mais c'est la volonté de créer un univers de travail confortable, lumineux et chaleureux qui a surtout guidé les architectes. Un cadre qui donne envie à chacun de s'impliquer et d'agir à son échelle pour faire de ce bâtiment une réussite. Il est admis par tous que l'architecture a un rôle ? jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique, et architectes et promoteurs se sont emparés de cette question.Bouygues Immobilier a imaginé "Green Office" avec l'idée de proposer des immeubles de bureaux à énergie positive - qui consomment donc moins d'énergie qu'ils n'en produisent, à l'échelle globale d'une année - et qui cependant conservent tous les avantages, en termes de coût et ...

BATIMENT DE BUREAUX ; ENERGIE

... Lire [+]

- 15 pages , 57 IF

En quoi le mode d'urbanisation d'un territoire a-t-il sa part de responsabilité dans nos émissions de gaz à effet de serre ? Les formes urbaines très hétérogènes que nous rencontrons en Ile-de-France ont-elles toutes la même contribution au changement climatique global ?La présente étude se penche sur le cas d'une vingtaine de formes urbaines de l'Ile-de-France et propose une analyse de leurs performances en terme d'émissions de gaz à effet de serre. Elle s'inscrit dans la réflexion globale menée actuellement pour la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 en France (le « facteur 4 »). En quoi le mode d'urbanisation d'un territoire a-t-il sa part de responsabilité dans nos émissions de gaz à effet de serre ? Les formes urbaines très hétérogènes que nous rencontrons en Ile-de-France ont-elles toutes la même contribution au changement climatique global ?La présente étude se penche sur le cas d'une vingtaine de formes urbaines de l'Ile-de-France et propose une analyse de leurs performances en terme d'émissions de gaz à effet de ...

DEVELOPPEMENT DURABLE ; DENSITE SPATIALE ; ENERGIE ; CHAUFFAGE

... Lire [+]

- 119 p. , 38 AT

Les mâitres d'oeuvre et les maîtres d'ouvrage ont une responsabilité majeure dans la conception des projets qui prennent en compte les enjeux du développemet durable. Nicolas Michelin, architecte, urbaniste, transcrit ses réflexions, comment des exemples, propose des pistes de travail et imagine des solutions et des réponses réalistes.

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE ; DEVELOPPEMENT DURABLE ; ENERGIE

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

Z