Rechercher


0

Documents  HISTOIRE | enregistrements trouvés : 376

O

-A +A

P Q

n° 13 - p. 82 , 31 P15

Le récit du destin du château et de la ferme de Grenelle ; l'usine Sautter-Harlé ; la présentation des Barillet, maîtres-verriers ; promenade historique dans le secteur Cambronne-Amiral Roussin.

HISTOIRE

... Lire [+]

- 228 p , 14 IF78

Du hameau Villena de 1007, il ne reste que l'église romane Saint-Nicolas qui pourrait nous raconter les mille ans d'histoire de notre village : les Vikings, la guerre de Cent Ans, la famine et les destructions, les chevaux russes en 1814 dans les prés de l'île, la fumée des premiers trains, 1910 et ses crues...
Elle dirait aussi sa tristesse quand les cloches sonnaient le glas ou le tocsin... Perché tout en haut du clocher, le coq se souviendrait de la construction du château Brinon, pierre après pierre, de Ronsard versifiant sous les frondaisons, et au XVIIIe siècle, de Gilbert de Voisins et son fermier de Marolles discutant de semis printaniers.
Ses voûtes, qui avaient entendu nos élus prêter serments de fidélité (aussi enthousiastes qu'éphémères !) à la République, au Roi, à l'Empereur, préfèreraient-elles se taire ?
Mais pendant ces mille étés, les blés ont continué à onduler sous le vent et les grappes à mûrir sous le soleil.
C'est un peu tout cela... « Villennes au passé simple » !
Du hameau Villena de 1007, il ne reste que l'église romane Saint-Nicolas qui pourrait nous raconter les mille ans d'histoire de notre village : les Vikings, la guerre de Cent Ans, la famine et les destructions, les chevaux russes en 1814 dans les prés de l'île, la fumée des premiers trains, 1910 et ses crues...
Elle dirait aussi sa tristesse quand les cloches sonnaient le glas ou le tocsin... Perché tout en haut du clocher, le coq se so...

HISTOIRE ; HISTOIRE DES VILLES

... Lire [+]

- 150 P , 122 UL

Les 101 mots de l'habitat évoluent avec nos moeurs, nos usages, nos sensibilités. Ils décrivent non seulement le logement mais son environnement proche. L'organisation de nos lieux de vies disent nos façons de concevoir les relations, les goûts d'une époque, les modes, la vision du progrès, les avancées technologiques...
De l'appartement bourgeois au logement pour tous, en passant par les cités-jardins et les éco-quartiers, ces mots, qui ont une histoire, se transforment en même temps que nous et racontent nos modes de vie et nos façons de penser; de la vie avec les familiers à la cohabitation. Ils disent aussi les tentatives, les adaptations réussies et les échecs de certaines innovations. Ils racontent nos idéaux changeants et 101 mots ne sont pas de trop !
Les 101 mots de l'habitat évoluent avec nos moeurs, nos usages, nos sensibilités. Ils décrivent non seulement le logement mais son environnement proche. L'organisation de nos lieux de vies disent nos façons de concevoir les relations, les goûts d'une époque, les modes, la vision du progrès, les avancées technologiques...
De l'appartement bourgeois au logement pour tous, en passant par les cités-jardins et les éco-quartiers, ces mots, qui ont une ...

HABITAT ; LOGEMENT ; HISTOIRE

... Lire [+]

- 140 p , 121 PH

Cet ouvrage, mettant en lumière un aspect de l'histoire de Paris encore aujourd'hui curieusement négligé, propose de nous faire découvrir la capitale telle que les artistes la figuraient au temps de François Villon. Les reproductions, choisies notamment dans Les Très Riches Heures du duc de Berry, la Vie de saint Denis ou les Grandes Chroniques de France, et les textes historiques et descriptifs qui les accompagnent, guident le lecteur à travers une capitale transfigurée pour découvrir à quoi ressemblait la Bastille, le Temple, le Louvre, les Halles, Notre-Dame, la Sainte-Chapelle mais aussi des lieux mystérieux comme le gibet de Montfaucon ou le cimetière des Innocents. Cet ouvrage, mettant en lumière un aspect de l'histoire de Paris encore aujourd'hui curieusement négligé, propose de nous faire découvrir la capitale telle que les artistes la figuraient au temps de François Villon. Les reproductions, choisies notamment dans Les Très Riches Heures du duc de Berry, la Vie de saint Denis ou les Grandes Chroniques de France, et les textes historiques et descriptifs qui les accompagnent, guident le lecteur à travers ...

MOYEN-AGE ; HISTOIRE

... Lire [+]

- 828 p , 120 PH

Ce dictionnaire totalement inédit, oeuvre de plus de quarante spécialistes, rassemble tout ce qui a tissé l'histoire et forgé la personnalité de la Ville lumière : personnages marquants, édifices emblématiques (ponts, églises, musées, palais...), événements historiques, hauts lieux de la vie culturelle et artistique, quartiers, anecdotes> De « Abélard » à « Zone », de l'installation des Gaulois Parisii aux projets du « Grand Paris », plus de deux mille ans d'histoire sont ainsi déroulés, de la journée des Farines au boulevard du Crime, du Lapin-agile aux pirogues de Bercy, de Clovis aux Cocottes... On y apprend encore la longueur des égouts, ce qui s'est passé à la tour de Nesle, qui était Étienne Marcel, et ce que criait le marchand de jonc dans les rues... Ce dictionnaire totalement inédit, oeuvre de plus de quarante spécialistes, rassemble tout ce qui a tissé l'histoire et forgé la personnalité de la Ville lumière : personnages marquants, édifices emblématiques (ponts, églises, musées, palais...), événements historiques, hauts lieux de la vie culturelle et artistique, quartiers, anecdotes> De « Abélard » à « Zone », de l'installation des Gaulois Parisii aux projets du « Grand Paris », plus ...

DICTIONNAIRE ; HISTOIRE

... Lire [+]

- 470 p , 117 PH

Qu'il s'agisse de considérations sur la voirie ou les projets d'embellissement, sur les aspects sociaux, économiques ou politiques de la ville, sur l'architecture, la naissance du tourisme ou l'apparition du promeneur urbain, qu'il s'agisse des chroniques intimes ou officielles qui en ont scandé et organisé les péripéties, qu'il s'agisse encore du faste des entrées royales ou de la misère du peuple, des rumeurs ou des modes, des peintures ou des fictions qui l'ont mis en scène, le
Paris d'Ancien Régime a fait l'objet depuis plusieurs décennies de nombreux travaux qui ont collectivement contribué tant à la restitution de la réalité « historique » de la capitale qu'à la mise au jour d'un imaginaire de la ville tissé au fil des représentations.
Tome 1
:
Prologue : La politique en musique : Paris, 1749, par Robert Darnton
I. Policer Paris :
µ « Comme en la plus belle forest du monde » ? Discours de l'insécurité et insécurité des discours à Paris au xvie siècle, par Diane Roussel
µ Le système policier parisien : réflexions sur une « révolution permanente » ? (fin XVIIe-fin XVIIIe), par Vincent Milliot
µ La police face à l'Autre monde. Pratiques magiques et ordre urbain à Paris dans la première moitié du XVIIIe siècle, par Ulrike Krampl
II. Les Religions :
µ Les mystères du Paris janséniste, par Catherine Maire
µ Cultures et idéologies religieuses à Paris au XVIIIe siècle, par David Garrioch
µ Les institutions religieuses et la vie des quartiers à Paris au XVIIIe siècle : les baux chaises et le casuel des églises conventuelles, par Preston Perluss
III. Arts et sciences : les lieux de Paris :
µ Être soigné à Paris, à la fin du XVIIIe siècle, par Jacques Arveiller
µ Le corps de la ville : Paris à l'époque de l'inoculation, par Catriona Seth
µ L'académie des Sciences et l'Observatoire de Paris sont-ils parisiens ?, par Irène Passeron
µ Le Salon de l'Académie, un foyer du développement du discours de l'opinion, par Isabelle Pichet
IV. Les élites parisiennes :
µ Hommes de lettres et mobilité sociale dans le Paris du XVIIe siècle, par Martine Bennini et Claire Chatelain
µ Le cérémonial urbain à Paris au XVIIIe siècle, représentation et négociation politique, par Mathieu Marraud
µ Des « bourgeois de Paris » à la bourgeoisie parisienne (XVIIe-XVIIIe siècles), par Laurence Croq
µ Paris, mi-XVIIe siècle : espace social, espace civique, par Robert Descimon et Michel Demonet
V. Embellissements de Paris :
µ « Parfaict estat politique de la ville de Paris » : l'urbanisme de Raoul Spifame, par Pavel Ouvarov
µ Le Paris galant de Donneau de Visé : le modèle urbain et la politique louis-quatorzienne dans le Mercure galant (1672-1678), par Sara Harvey
µ La coutume de Paris, épitomé du droit français sous l'Ancien Régime ? L'exemple des servitudes, par Robert Carvais
µ L'île de la Cité au XVIIIe siècle. Rénovation urbaine et adaptations habiles, par Youri Carbonnier
µ La place de l'Étoile : le rôle de la monarchie dans la création d'un genius loci national, par Isabelle Rouge-Ducos
VI. Géographies de Paris :
µ Découvrir la « grande, excellente, et ancienne cité de Paris » dans la Cosmographie universelle de François de Belleforest (1575), par Étienne Bourdon
µ Les cartes mentales de Paris aux XVIe et XVIIe siècles, par Andrey Lazarev
µ Les huit plans de Paris dans le Traité de police de Delamare, par Nicole Dyone.
Qu'il s'agisse de considérations sur la voirie ou les projets d'embellissement, sur les aspects sociaux, économiques ou politiques de la ville, sur l'architecture, la naissance du tourisme ou l'apparition du promeneur urbain, qu'il s'agisse des chroniques intimes ou officielles qui en ont scandé et organisé les péripéties, qu'il s'agisse encore du faste des entrées royales ou de la misère du peuple, des rumeurs ou des modes, des peintures ou des ...

HISTOIRE ; HISTOIRE DE L'URBANISME ; XVIe SIÈCLE ; XVIIe SIÈCLE ; XVIIIe SIÈCLE

... Lire [+]

, 28 P 11

Histoire et présentation des commerces et des artisans du Faubourg Saint-Antoine.

COMMERCE ; HISTOIRE

... Lire [+]

- 127 p , 59 IF93

Qu'est devenu l'ancien monde ouvrier ? Où sont passées les banlieues rouges ? Où est le peuple ? Telles sont les questions auxquelles ce livre tente de répondre à partir de l'évolution de la plaine Saint-Denis et d'Aubervilliers, hauts lieux industriels aujourd'hui réorganisés autour du Stade de France et de Roissy. Fallait-il "boboïser" plus vite ces communes proches de Paris en chassant les enfants des milieux populaires, ou reconstruire lentement de la ville populaire sur la ville populaire ? Et les politiques de la ville menées depuis vingt-cinq ans ont-elles eu un impact positif, ou faut-il les réinventer ? Un essai qui raconte un terrain et qui propose de la politique.L'histoire de Plaine Commune raconté par Patrick Braouezec. Qu'est devenu l'ancien monde ouvrier ? Où sont passées les banlieues rouges ? Où est le peuple ? Telles sont les questions auxquelles ce livre tente de répondre à partir de l'évolution de la plaine Saint-Denis et d'Aubervilliers, hauts lieux industriels aujourd'hui réorganisés autour du Stade de France et de Roissy. Fallait-il "boboïser" plus vite ces communes proches de Paris en chassant les enfants des milieux populaires, ou reconstruire ...

BANLIEUE ; HISTOIRE ; PROJET URBAIN

... Lire [+]

- 345 p , 74 PEP

Réedition de l'ouvrage de Alfred Franklin sur le plan "Tapissier" de 1540.

PLAN DE VILLE ; HISTOIRE ; XVIe SIÈCLE

... Lire [+]

- 167 p , 73 PEP

Réédition (1873) de l'ouvrage de Alfred Franklin sur les rues de Paris en 1636, précédés d'une étude sur la voirie et l'hygiène publique à Paris depuis le XIIème siècle.

RUE ; HISTOIRE ; ECLAIRAGE PUBLIC ; HYGIENISTES

... Lire [+]

- 529 p , 113 PH

Comment, au milieu du XIXe siècle, Paris a-t-elle pu devenir l'incarnation urbaine de la modernité ? Pour répondre à cette question, David Harvey a exploré les mutations connues par la ville à cette époque : transformation physique, avec les grands projets d'Haussmann, qui remplace le plan médiéval par les grands boulevards ; transformation économique, avec une nouvelle forme de capitalisme dominée par les puissances financières et industrielles ; transformation culturelle, avec l'irruption de ce qu'on appellera plus tard le modernisme ; transformation sociale, avec l'émergence de violents antagonismes de classes qui atteignent leur paroxysme dans les révolutions de 1848 et de 1871. En présentant la ville moderne comme le produit instable de forces hétérogènes et contradictoires, David Harvey nous offre une image vivante du fonctionnement de Paris ainsi qu'une vision panoramique de la période décisive que fut le Second Empire. Mais cette analyse de la ville moderne est aussi l'occasion d'une réflexion magistrale sur la ville contemporaine - sur la part de la population dans l'urbanisation, sur son accès aux ressources, en somme sur le «droit à la ville». Comment, au milieu du XIXe siècle, Paris a-t-elle pu devenir l'incarnation urbaine de la modernité ? Pour répondre à cette question, David Harvey a exploré les mutations connues par la ville à cette époque : transformation physique, avec les grands projets d'Haussmann, qui remplace le plan médiéval par les grands boulevards ; transformation économique, avec une nouvelle forme de capitalisme dominée par les puissances financières et industrielles ...

HISTOIRE ; HISTOIRE SOCIALE ; SOCIOLOGIE URBAINE ; XIXe SIÈCLE

... Lire [+]

- 123 p , 114 PH

Parmi les textes réunis dans ce livre, certains sont historiques : la défense de Paris contre les Alliés en mars 1814, les journées de juin 1848 et leur oubli programmé, la photographie des quartiers sous l'Occupation, le Paris de Baudelaire... D'autres sont plus liés à la ville actuelle : les noms de ses rues et ce qu'ils portent comme éclairage sur les édiles successifs, la manière dont l'apartheid parisien ménage des communautés fermées à l'américaine, les modifications de la ville dans les dix dernières années ou encore les projets de Grand Paris. Ce qui réunit ces textes apparemment éclatés, c'est qu'ils ont en commun de parler de la tension propre à Paris, de la force de rupture de Paris. Bien qu'il soit devenu habituel de considérer que Paris gentrifié, glacé, vidé de sa substance populaire, est devenu inoffensif, la conviction qui porte ces textes est que la nouvelle couche située au-delà du périphérique va lui rendre ƒ conformément à la tradition de cette ville depuis Charles V ƒ tout son potentiel de subversion. Parmi les textes réunis dans ce livre, certains sont historiques : la défense de Paris contre les Alliés en mars 1814, les journées de juin 1848 et leur oubli programmé, la photographie des quartiers sous l'Occupation, le Paris de Baudelaire... D'autres sont plus liés à la ville actuelle : les noms de ses rues et ce qu'ils portent comme éclairage sur les édiles successifs, la manière dont l'apartheid parisien ménage des communautés fermées à ...

HISTOIRE

... Lire [+]

- 531 pages , 57 U

Soulèvements dans le monde arabe, catastrophe du Fukushima, crise de l'euro, mort de Ben Laden, retrait programmé d'Afghanistan; ces évènements ont eu des répercussions à l'échelle mondiale. Dans quelle mesure ont-ils modifié les rapports stratégiques sur la scène internationale ?

POLITIQUE ; HISTOIRE

... Lire [+]

- 297 pages , 16 P6

Après de nombreuses rivalités entre maîtres d'ouvrage et artistes, l'Odéon fut inauguré le 9 avril 1782 dans un quartier neuf, ce qui força les architectes constructeurs Peyre et De Wailly à penser en urbanistes. Le " retour à l'antique " orienta ceux-ci vers le parti architectural que nous connaissons et qui caractérise ce " théâtre monumental ". Le théâtre brûla en 1799 puis encore en 1818, ce qui obligea les deux reconstructeurs, Chalgrin et Baraguey, à repenser tous les problèmes théâtraux, y compris les décors et plus spécialement la décoration des plafonds. Au cours des temps, ce sont ensuite des architectes restaurateurs qui ont oeuvré à l'Odéon. Si quelques ouvrages de qualité retracent l'histoire théâtrale, on ne s'était guère penché sur la vie et l'oeuvre des dix-sept architectes qui pendant deux siècles gardèrent le théâtre en bon état de fonctionnement, participant à l'entretien, à la création de nouveaux plafonds, modifiant les structures, entre autres pour la création d'une petite salle, et qui furent les artisans de la sauvegarde du riche patrimoine artistique du théâtre. Après de nombreuses rivalités entre maîtres d'ouvrage et artistes, l'Odéon fut inauguré le 9 avril 1782 dans un quartier neuf, ce qui força les architectes constructeurs Peyre et De Wailly à penser en urbanistes. Le " retour à l'antique " orienta ceux-ci vers le parti architectural que nous connaissons et qui caractérise ce " théâtre monumental ". Le théâtre brûla en 1799 puis encore en 1818, ce qui obligea les deux reconstructeurs, Chalgrin et ...

THEATRE ; HISTOIRE ; BATIMENT CULTUREL

... Lire [+]

- 206 pages , 17 AD

Guy-Claude François, Yannis Kokkos, Richard Peduzzi : ces trois noms à eux-seuls pourraient servir de symbole pour rendre compte de ce volume. Voilà trois scénographes qui, à travers des compagnonnages notoires (Ariane Mnouchkine, Antoine Vitez, Patrice Chéreau) et, bien au-delà, se sont imposés dans le paysage en tant qu'artistes au sens plein du mot au cours des quarante dernières années. Leur parcours est représentatif d'un mouvement profond, celui de la scénographie tout entière. Voilà pourquoi il convient d'interroger ces quarante années de création. Bouleversements théoriques, pratiques, esthétiques, hybridations entre les arts, révolutions dans le rapport au public, mutations de notre rapport sensible à l'espace : tous ces chamboulements donnent son sens à cet ouvrage qui, par le texte et par l'image, noue analyse générale et approches singulières, prise de champ historique et regard immédiatement contemporain. Il se pourrait bien que cette traversée ouvre des perspectives sur la situation du théâtre lui-même et, plus largement encore, sur la sphère spectaculaire dans son ensemble. De nombreuses illustrations enrichissent cet ouvrage qui contient notamment un portfolio du grand photographe Nicolas Treatt. Guy-Claude François, Yannis Kokkos, Richard Peduzzi : ces trois noms à eux-seuls pourraient servir de symbole pour rendre compte de ce volume. Voilà trois scénographes qui, à travers des compagnonnages notoires (Ariane Mnouchkine, Antoine Vitez, Patrice Chéreau) et, bien au-delà, se sont imposés dans le paysage en tant qu'artistes au sens plein du mot au cours des quarante dernières années. Leur parcours est représentatif d'un mouvement profond, ...

HISTOIRE ; SCENOGRAPHIE ; THEATRE

... Lire [+]

- 163 p. , 35 IF 93

Organisé chronologiquement celui-ci fait revivre les pionniers venus de Vieille Castille ou d'Estramadure qui, dès l'aube du XXème siècle sont engagées par les industries chimiques et métallurgiques de la plaine Saint-Denis, à Saint-Denis même ou à Aubervilliers. Loin d'être anecdotique, cette première migration, qui concerne encore des effectifs modestes, donne naissance à des chaînes migratoires qui organiseront l'immigration espagnole en région parisienne durant plusieurs décennies. La forte demande de main d'oeuvre née de la première guerre mondiale stimule ces flux, et l'on assiste alors à la naissance du quartier de la petite Espagne ­ le terme lui-même date de cette époque -, où se logent, à proximité des usines qui les emploient les travailleurs espagnols. Les conditions d'hygiène et de logement, ce n'est pas là une spécificité, y sont exécrables. Mal ou pas raccordées aux réseaux collectifs, souvent édifiées à la hâte sur des parcelles louées à des maraîchers, la plupart de ces demeures sont des taudis. La croissance des années 20 contribue à la croissance du quartier qui abrite en 1930 environ 4000 Espagnols, soit la moitié des Espagnols résidant dans le département de la Seine. Natacha Lillo étudie de près la sociabilité et la vie quotidienne de ces migrants, dont les temps forts sont les fêtes religieuses, Noël en particulier. Elle évoque aussi à la vie politique de cette population. Anarchistes et communistes, fort du soutien sans faille du PCF, y sont bien représentés, même si l'influence du clergé espagnols, représentés par les pères clarétains, qui mêlent habilement propagande religieuse et oeuvres sociales, n'est durant les années vingt, pas négligeable.La crise économique est une période de rupture. Elle provoque un chômage massif et durable, des retours, des départs. La vie politique de la période est bien sûr dominée par le conflit espagnol, qui provoque ici une large mobilisation, et a pour corollaire tant le déclin de l'influence catholique que la méfiance envers la municipalité Doriot, dont les positions antirépublicaines sont affichées. L'engagement républicain se prolonge pour certains par un engagement résistant qui conduira plusieurs Espagnols de SaintƒDenis dans les camps nazis.C'est paradoxalement durant cette période que se forgent les conditions de l'intégration des Espagnols de Saint-Denis à l'espace politique local. Le PCF qui domine ici après guerre organise un culte des martyrs de la résistance qui n'oublie pas les républicains espagnols et propose à ceux-ci une triple identification ­ à l'Espagne républicaine, à la France résistante et au camp de la révolution mondiale ­ qui rencontre un écho profond chez une partie de la population espagnole, d'autant que celle-ci est en partie renouvelée par l'arrivée de réfugiés espagnols qu'attirent des liens familiaux ou les formes diverses de la solidarité militante.Les années cinquante sont marquées par un nouvel afflux, qui fait parfois rejouer les réseaux anciens. La population espagnole de Saint Denis double entre 1954 et 1968, d'autant que le développement des transports permet désormais de résider à Saint-Denis tout en s'embauchant dans à Poissy chez Talbot ou à Boulogne chez Renault. La plaine Saint-Denis apparaît alors comme la forteresse d'un PCE, pourtant interdit en 1950, mais qui peut continuer à fonctionner sous l'aile du PCF.Cette configuration historique se disloque durant les années 70. Y contribue le déclin des partis communistes espagnol et français, mais aussi la politique de résorption des taudis de la petite Espagne qui s'accompagne de relogements, le départ des enfants des immigrés de l'entre-deux-guerres dont la mobilité sociale aura d'autres cadres, voire celui d'ouvriers qualifiés soucieux d'un meilleur cadre de vie. Algériens et Portugais se mêlent aux Espagnols puis les supplantent avant l'arrivée des capverdiens et des Africains.Il ne reste aujourd'hui de la présence espagnole que quelques souvenirs, inscrits parfois dans la toponymie et quelques vestiges, tels ces bars où se réunissent les week-ends quelques vieux Espagnols communiant dans le souvenir.Illustré d'abondance, selon la règle de la collection, clairement écrit, le récit de Natacha Lillo a le grand mérite de ne pas réduire l'histoire de l'immigration espagnole à celle de l'exil républicain, seul épisode jusque là véritablement exploré par l'historiographie. Il l'offre de plus l'intérêt de saisir en un lieu la totalité d'un cycle migratoire, dont la chronologie et les logiques se retrouveraient en d'autres lieux, et pour d'autres populations, de l'arrivée des pionniers à la dissolution de ce que l'on appelait durant l'entre-deux-guerres une colonie étrangère. Cette solide monographie intéressera donc au delà du cercle des spécialistes ou des curieux de l'histoire des Espagnols de France. Organisé chronologiquement celui-ci fait revivre les pionniers venus de Vieille Castille ou d'Estramadure qui, dès l'aube du XXème siècle sont engagées par les industries chimiques et métallurgiques de la plaine Saint-Denis, à Saint-Denis même ou à Aubervilliers. Loin d'être anecdotique, cette première migration, qui concerne encore des effectifs modestes, donne naissance à des chaînes migratoires qui organiseront l'immigration espagnole en ...

HISTOIRE ; POPULATION ; IMMIGRÉ

... Lire [+]

- 160 p. , 54 IF

Première région française par la population, le nombre d'emplois, le produit intérieur brut..., l'Île-de-France occupe une place prépondérante dans notre paysage national. À l'orée de la révolution industrielle, sa capitale, Paris, était la seconde ville mondiale (après Londres). Sa croissance a été accélérée de manière spectaculaire jusqu'à nos jours. Capitale politique et administrative, elle est devenue la capitale « économique », mais aussi culturelle, universitaire, artistique... En revanche, les conditions de vie quotidienne des Franciliens ­ si elles présentent des avantages (possibilités multiples d'emplois, salaires plus élevés à qualification égale, multitude d'équipements, richesse de la vie culturelle...) ­ comportent des inconvénients de plus en plus durement ressentis par la population : exiguïté et coût du logement, coût de la vie élevé, longs déplacements quotidiens, difficultés de la circulation automobile et du stationnement, insuffisance et éloignement des espaces verts... Cette dégradation des conditions de vie quotidienne ne risque-t-elle pas de compromettre à son tour l'image de la capitale et de sa région auprès des étrangers, et en particulier des investisseurs internationaux ? Pour y faire face, l'Île-de-France ne doit pas se limiter à mettre en avant ses atouts économiques, qui sont réels, mais doit développer ses atouts qualitatifs. &Ecir;tre une région où il fait bon vivre implique que l'aménagement régional et l'urbanisme favorisent la solidarité entre ses composantes, tant spatiales que sociales. Cet ouvrage, écrit par un spécialiste reconnu, retrace de manière claire et précise les grandes étapes de la constitution de cette région, en présente la physionomie actuelle et esquisse les grands traits de son évolution future. Première région française par la population, le nombre d'emplois, le produit intérieur brut..., l'Île-de-France occupe une place prépondérante dans notre paysage national. À l'orée de la révolution industrielle, sa capitale, Paris, était la seconde ville mondiale (après Londres). Sa croissance a été accélérée de manière spectaculaire jusqu'à nos jours. Capitale politique et administrative, elle est devenue la capitale « économique », mais aussi ...

HISTOIRE ; SOCIOLOGIE URBAINE ; AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ; POLITIQUE ECONOMIQUE

... Lire [+]

- p. 476 , 53 IF

A l'heure où l'actualité rappelle sans cesse l'urgence de la prise de décision concernant l'aménagement des métropoles et l'organisation des territoires périphériques, quel peut être le rôle des historiens ?Cet ouvrage raconte l'histoire passionnée des relations entre Paris et les banlieues qui l'entourent, de la fin de l'Ancien régime à aujourd'hui.

BANLIEUE ; HISTOIRE ; XVIIIe SIÈCLE ; XIXe SIÈCLE ; XXe SIÈCLE

... Lire [+]

- p. 555 , 106 PH

Au lecteur amoureux de Paris ou curieux de l'Histoire, de se delecter de ce livre, pour y rencontrer une foule de personnages inconnus ou illustres : le tout jeune lieutenant Bonaparte, l'architecee Guillaumot, Marie-Antoinettee, le grand Vidocq mais aussi Proust, Charles de Gaulle, Juliette Greco et tants d'autres

HISTOIRE

... Lire [+]

Z