Rechercher


0

Documents  HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE | enregistrements trouvés : 230

O

-A +A

P Q

n° 26 - 90 pages , 102 UL

Ce numéro propose un dossier thématique, autour d'une problématique particulièrement lisible dans les fonds d'archives d'après-guerre : l'histoire du logement social en France et celle de son approche patrimoniale qui, au milieu d'autres approches plus brutales, est courageusement tentée aujourd'hui, notamment grâce à l'action menée en Seine-Saint-Denis par le Bureau du patrimoine culturel décrite en fin de dossier. Après une ouverture due à Joseph Abram, un « père » de l'histoire de l'architecture du XXe siècle, qui est ici vivement remercié, la parole appartient à six (jeunes) chercheurs en histoire de l'architecture. Trois contributions nous offrent des visions plus rapprochées concernant des ensembles précis de logements des années trente (Félix Dumail), cinquante (Denis Honegger), soixante et soixante-dix (Jean Dubuisson), tandis que les architectes Georges Candilis et Renée Gailhoustet sont abordés sous l'angle de leurs collaborations et des vérités que les archives... révèlent ou retiennent sur leurs relations avec des associés célèbres. Ce numéro propose un dossier thématique, autour d'une problématique particulièrement lisible dans les fonds d'archives d'après-guerre : l'histoire du logement social en France et celle de son approche patrimoniale qui, au milieu d'autres approches plus brutales, est courageusement tentée aujourd'hui, notamment grâce à l'action menée en Seine-Saint-Denis par le Bureau du patrimoine culturel décrite en fin de dossier. Après une ouverture due à ...

LOGEMENT SOCIAL ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; PATRIMOINE ARCHITECTURAL ; BATIMENT D'HABITATION EN BARRE ; TOUR ; LOTISSEMENT

... Lire [+]

- 736

l'architecture moderne depuis 1900 s'est imposé comme l'ouvrage de référence sur l'architecture du XXe siècle. D'une envergure internationale, il propose une étude générale de l'évolution de l'architecture moderne en même temps qu'une analyse et une interprétation profondes de bâtiments particuliers. L'auteur aborde à la fois les dimensions pratiques, esthétiques et sociales de l'architecture, tout en en privilégiant les aspects formels et symboliques. Les idées et leur expression à travers l'architecture sont à l'µuvre dans ce livre.
Pour cette troisième édition - la première à paraître en français -, le texte a été entièrement révisé et enrichi, en tenant compte des nouvelles connaissances et en reconsidérant l'architecture moderne dans sa variété et sa complexité. Sept chapitres ont été ajoutés, dont trois, à la fin de l'ouvrage, concernent l'évolution mondiale récente. L'architecture contemporaine y est resituée dans son contexte historique et culturel sans céder aux discours en vogue. Outre de nombreuses illustrations couleurs et noir et blanc, quantité de plans et de dessins illustrent le propos. La bibliographie et les notes ont également été augmentées et actualisées. Considéré par lames Ackermon, de Harvard University, comme " sans conteste le meilleur livre dans ce domaine à ce jour ", cet ouvrage procède d'une large vision qui relie l'architecture moderne à diverses traditions architecturales et montre comment des principes éprouvés peuvent encore évoluer. C'est donc justice qu'il soit considéré comme un " classique "
l'architecture moderne depuis 1900 s'est imposé comme l'ouvrage de référence sur l'architecture du XXe siècle. D'une envergure internationale, il propose une étude générale de l'évolution de l'architecture moderne en même temps qu'une analyse et une interprétation profondes de bâtiments particuliers. L'auteur aborde à la fois les dimensions pratiques, esthétiques et sociales de l'architecture, tout en en privilégiant les aspects formels et ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; MOUVEMENT MODERNE

... Lire [+]

- 192 p , 101 AH

Le fonctionnalisme triomphant de l'après-guerre a suscité une multitude de réactions et de propositions destinées à promouvoir une architecture plus humaine ou plus sensuelle. Prolongeant le constat de Gaston Bachelard selon lequel "L'homme, l'animal, l'amande, tous trouvent le repos maximum dans une coquille", plusieurs architectes installés en France mènent simultanément, dès la fin des années 1950, des recherches sur le voile de béton, une technique souple qui offre une immense liberté d'expression. Leurs expérimentations, principalement sur le programme de la maison individuelle, conduisent à des créations organiques, dont le biomorphisme suppose un nouveau mode d'habiter, une nouvelle poétique de l'espace.
C'est un corpus fascinant et en grande partie méconnu que révèle ce premier "Carnet d'architecture", à travers les travaux de Pascal Häusermann et Claude Costy, Jean-Louis Chanéac, Jacques Couëlle, Antti Lovag, Pierre Székely et Henri Mouette.
Le fonctionnalisme triomphant de l'après-guerre a suscité une multitude de réactions et de propositions destinées à promouvoir une architecture plus humaine ou plus sensuelle. Prolongeant le constat de Gaston Bachelard selon lequel "L'homme, l'animal, l'amande, tous trouvent le repos maximum dans une coquille", plusieurs architectes installés en France mènent simultanément, dès la fin des années 1950, des recherches sur le voile de béton, une ...

CONSTRUCTION EN BETON ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; XXe SIÈCLE ; MAISON INDIVIDUELLE

... Lire [+]

- 271 p , 8 IF77

Lovée au creux d'un méandre de la Seine, l'agglomération de Melun s'est développée autour du point de franchissement du fleuve constitué par l'île Saint-Étienne. Judith Förstel nous propose de retracer les différentes étapes de la croissance de la ville depuis les temps reculés jusqu'à nos jours.

Dès l'époque celte, l'île est occupée par un oppidum, et les découvertes archéologiques récentes ont permis de retrouver les traces d'un pont antique. Du Moyen Âge jusqu'au milieu du XXe siècle, le développement urbain s'articule autour de l'axe nord-sud défini par les ponts jetés sur les deux bras de la Seine : le pont-aux-moulins et le pont-aux-fruits. L'île, qui contrôle l'accès à Paris par l'amont, joue un rôle militaire et économique très important, qui se concrétise dans des monuments (château royal et moulins) aujourd'hui disparus mais bien connus par les documents anciens.

À partir du XIXe siècle, l'homme intervient plus lourdement sur ce site naturel en régulant le débit de la Seine et en endiguant son cours, par la construction de quais et d'écluses. C'est un fleuve domestiqué qui traverse désormais la ville. Moins redoutable par ses crues et ses « baissiers », la Seine demeure un élément fondamental dans l'organisation urbaine. Ses rives attirent diverses installations industrielles ou artisanales, mais aussi les baigneurs et les canotiers du cercle nautique.
Lovée au creux d'un méandre de la Seine, l'agglomération de Melun s'est développée autour du point de franchissement du fleuve constitué par l'île Saint-Étienne. Judith Förstel nous propose de retracer les différentes étapes de la croissance de la ville depuis les temps reculés jusqu'à nos jours.

Dès l'époque celte, l'île est occupée par un oppidum, et les découvertes archéologiques récentes ont permis de retrouver les traces d'un pont antique. ...

HISTOIRE DE L'URBANISME ; HISTOIRE DES VILLES ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE

... Lire [+]

- 298 p , 99 AH

D'
abord publié en 1922, La Vitruve américaine est née d'une collaboration entre deux étudiants de l' American urbanisme. Werner Hegemann, un urbaniste, et Elbert Peets, diplômé de la Harvard School of Landscape Architecture, sélectionné plus de 1200 plans, des élévations et des vues en perspective. Leurs choix représentent une grande variété de structures européennes et américaines datant de la Renaissance au début du XXe siècle. Allant de la vaste Piazza San Pietro de Rome modeste banlieue de jardin allemand et anglais, ce volume explore toutes sortes de design urbain, y compris les campus américains des collèges, des parcs et des cimetières; Le plan de L'Enfant de Washington, DC; et d' autres centres civiques. Design Review livre salué ce classique comme «enquête unique de volume le plus complet des cas canoniques de l' urbanisme," offrant "une collection scintillante de dessins rares et oubliés." Une référence indispensable pour tous les architectes et étudiants de l' architecture, cette édition abordable est d' une valeur particulière à la lumière de la tendance actuelle New Urbanism.
D'
abord publié en 1922, La Vitruve américaine est née d'une collaboration entre deux étudiants de l' American urbanisme. Werner Hegemann, un urbaniste, et Elbert Peets, diplômé de la Harvard School of Landscape Architecture, sélectionné plus de 1200 plans, des élévations et des vues en perspective. Leurs choix représentent une grande variété de structures européennes et américaines datant de la Renaissance au début du XXe siècle. Allant de la ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; HISTOIRE DE L'URBANISME

... Lire [+]

- 123 p , 33 AMT

Organisée chronologiquement, année par année, cette classification est volontairement abstraite, éludant regroupements idéologiques et origines géographiques. La raison en est simple. Le début de l'ère de la communication globale se situe dans les années cinquante. Très vite, la plupart des protagonistes illustrés ici se connaissent soit personnellement, soit par l'intermédiaire de publications et magazines. Ils s'influencent les uns les autres. Au-delà des polémiques, un nouveau discours est en marche. Ce petit ouvrage tente de l'illustrer.

Ainsi, si les légendes-manifestes se rapportent à chacune des oeuvres respectives, elles peuvent aussi se lire en continu, comme une longue fresque évoquant les différents moments et sensibilités qui ont nourri la ville et l'architecture depuis les années cinquante. Cependant, on s'aperçoit vite que la stricte chronologie de la création des oeuvres ne respecte pas toujours une logique narrative classique. Pour prendre une analogie cinématographique, s'il y a des fondus enchaînés, il y a aussi des faux-raccords, c'est-à-dire des transitions d'une année à une autre où deux sensibilités divergentes se heurtent et s'affrontent. Les légendes accompagnant les oeuvres suivent de près l'exceptionnelle documentation préparée par le FRAC Centre à propos de chacun des artistes et architectes exposés...
Organisée chronologiquement, année par année, cette classification est volontairement abstraite, éludant regroupements idéologiques et origines géographiques. La raison en est simple. Le début de l'ère de la communication globale se situe dans les années cinquante. Très vite, la plupart des protagonistes illustrés ici se connaissent soit personnellement, soit par l'intermédiaire de publications et magazines. Ils s'influencent les uns les autres. ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; XXe SIÈCLE

... Lire [+]

- 192 p

La première ambition du XVIIIe siècle aurait-elle été de ne plus « périr en symétrie », comme s'en plaignait Mme de Maintenon en pensant aux courants d'air de Versailles ? En l'occurrence, c'est la sévérité du Grand Siècle qui est en cause, plus que les belles ordonnances, encore promises à de beaux jours.
L'architecture privée illustre l'esprit nouveau en composant dans un Paris où l'espace devient rare et les parcelles irrégulières ; à cette contrainte s'ajoute l'aspiration à des espaces intimes et aimables. « Nos petits appartements sont tournés comme des coquilles rondes et polies », note Louis-Sébastien Mercier. Les sinuosités rocaille des intérieurs gagnent parfois les façades avant que les bâtisseurs ne puisent dans l'Antiquité l'inspiration d'une renaissance néoclassique. Celle-ci demeurera un témoin sûr du goût français, partout imité, tandis que les embellissements publics portent la marque pédagogique et moralisatrice des Lumières.
Et pour cette ville de chair et de pierre, combien de Paris de papier ? Le siècle n'est avare ni de projets ni de plans3 qu'il reviendra au suivant de mettre en µuvre.
La première ambition du XVIIIe siècle aurait-elle été de ne plus « périr en symétrie », comme s'en plaignait Mme de Maintenon en pensant aux courants d'air de Versailles ? En l'occurrence, c'est la sévérité du Grand Siècle qui est en cause, plus que les belles ordonnances, encore promises à de beaux jours.
L'architecture privée illustre l'esprit nouveau en composant dans un Paris où l'espace devient rare et les parcelles irrégulières ; à cette ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; HISTOIRE DE L'URBANISME ; XVIIIe SIÈCLE

... Lire [+]

- 224 p , 123 PH

S'affichant en héritier de Charlemagne, Napoléon voulut bâtir un empire dépassant celui des Carolingiens. Et de Paris, il entendit faire la capitale de cet empire. Il en fut donc le premier urbaniste, s'employant à moderniser et à embellir la ville.
En améliorant l'éclairage public, en creusant des égouts, en élevant des marchés et des halles, en alimentant de nombreuses fontaines3 l'Empereur changea le quotidien des Parisiens. Mais c'est aussi de faste qu'il rêvait ; il aménagea de splendides promenades, fit construire des palais et des monuments, en restaura d'autres3
Dans le même temps, le clan Bonaparte investissait les palais de la royauté tandis que les généraux de la Grande Armée s'établissaient dans les hôtels de la vieille aristocratie : c'est dans l'opulence, le luxe et la grandeur que devait être célébrée la légende napoléonienne.
S'affichant en héritier de Charlemagne, Napoléon voulut bâtir un empire dépassant celui des Carolingiens. Et de Paris, il entendit faire la capitale de cet empire. Il en fut donc le premier urbaniste, s'employant à moderniser et à embellir la ville.
En améliorant l'éclairage public, en creusant des égouts, en élevant des marchés et des halles, en alimentant de nombreuses fontaines3 l'Empereur changea le quotidien des Parisiens. Mais c'est ...

HISTOIRE DE L'URBANISME ; XVIIIe SIÈCLE ; XIXe SIÈCLE ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; HISTOIRE SOCIALE

... Lire [+]

- 275 p , 98 AH

Dans le cadre d'une vision d'ensemble de l'architecture mondiale, l'ouvrage analyse la situation de la France, de la construction de la tour Eiffel et de la galerie des Machines (exposition universelle de 1889) à nos jours. Les structures de la continuité entre ces constructions inventives dans le champ de la technique et les développements récents sont mises en évidence, tout autant que les ruptures introduites par les idées nouvelles et leur application dans la production courante. Dans un moment de l'histoire marquée par un mouvement d'urbanisation sans précédent, l'architecture est considérée au travers de ses rapports avec la nation, l'état et les classes sociales. Projets et édifices condensent les changements intervenant dans la culture visuelle, et dans le champ de la littérature et de la vie intellectuelle. Deux systèmes de tensions apparaissent ainsi, entre l'Art Nouveau et les réalisations hypermodernes les plus récentes, en passant par les µuvres d'Auguste Perret, Le Corbusier, Mallet-Stevens, Jean Prouvé ou celles des brutalistes des années 1970. Le premier est celui des relations dialectiques entre l'architecture expérimentale et la production de masse, que la modernisation difficile de l'École des Beaux-arts révèle. Le second est celui des relations entre la France et le reste du monde, qu'il s'agisse avant 1960 de l'empire colonial, ou, pendant tout le siècle, de la réception des expériences européennes et américaines, conjuguant fascination et accès de xénophobie. Dans le cadre d'une vision d'ensemble de l'architecture mondiale, l'ouvrage analyse la situation de la France, de la construction de la tour Eiffel et de la galerie des Machines (exposition universelle de 1889) à nos jours. Les structures de la continuité entre ces constructions inventives dans le champ de la technique et les développements récents sont mises en évidence, tout autant que les ruptures introduites par les idées nouvelles et leur ...

XXe SIÈCLE ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE

... Lire [+]

- 344 p , 117 UL

Lorsqu'au tournant du XXesiècle, un anglais idéaliste lance l'idée de construire des villes nouvelles baptisées «cité-jardin», l'expérience remorque très rapidement des adeptes en France et en Allemagne. Ces réformateurs fondent des associations pour promouvoir le projet dans leur pays. Creuset d'expériences réformatrices puisant à diverses inspirations (de la protection de la nature à l'habitation économique), la cité-jardin a cristallisé de multiples formes d'échanges. Objet de débats et de controverses à l'intérieur du milieu réformateur, cette expérience d'aménagement urbain a impulsé la circulation des hommes et des représentations par-delà les frontières, inspiré des collaborations inédites entre les métiers et favorisé de nouvelles formes d'intervention publique sur l'espace urbain. La manière dont ces circulations ont participé de l'émergence du champ de l'urbanisme fonde l'interrogation de cet ouvrage.
L'analyse suit la trajectoire de l'expérience des cités-jardins entre 1900 et le début des années vingt, en France et en Allemagne, deux pays qui par leurs rythmes d'urbanisation fortement décalés offrent un cadre intéressant à l'exploration des télescopages et des interactions au fondement de savoirs novateurs et de pratiques inédites.
Le choix du cadre comparatif fonde par ailleurs le socle heuristique d'une recherche qui met en perspective la signification et la portée de l'action réformatrice dans des contextes politiques et sociaux contrastés.
Lorsqu'au tournant du XXesiècle, un anglais idéaliste lance l'idée de construire des villes nouvelles baptisées «cité-jardin», l'expérience remorque très rapidement des adeptes en France et en Allemagne. Ces réformateurs fondent des associations pour promouvoir le projet dans leur pays. Creuset d'expériences réformatrices puisant à diverses inspirations (de la protection de la nature à l'habitation économique), la c...

CITE-JARDIN ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; XXe SIÈCLE

... Lire [+]

- 250 p , 96 AH

Si les années soixante-dix et la fin du XXe siècle montrent une intense pratique participative en architecture et urbanisme, aucun ouvrage ne l'origine au tournant des XIXe et XXe siècles. Avec l'urbanisme, des pratiques et des écrits mobilisent la participation des citoyens, notamment ceux de Patrick Geddes. Luttant contre le « super-taudis », le père fascinant des « machines à penser » et des « tours observatoires » est aussi celui de filiations d'architectes participationnistes : des membres du Team Ten, L. Kroll3 Il est de plus l'inspirateur de penseurs, comme son disciple L. Mumford, grand théoricien de la ville. Ou d'« entrepreneurs », tel P. Otlet, le fondateur de la classification décimale universelle, qui, captivé par son « exposition de ville », commande à V. Bourgeois un urbaneum pour Bruxelles en support à la participation urbaine.
S'appuyant sur la figure inaugurale de Geddes, l'ouvrage décline la « grammaire » de la participation en architecture et urbanisme. A partir d'une réflexion sur ses outils, ses acteurs et ses formes, se dégagent alors des figures d'architectes et urbanistes « participationnistes ». A côté des maîtres, tel Le Corbusier qui s'exclame « participation ! » dès 1932, l'ouvrage conduit vers des pédagogues comme L. Kahn, qui interroge les citoyens du New Deal : « Why city planning is your responsibility », ou G. De Carlo qui rallie à l'esthétique brutaliste les participants à la construction d'un village italien. L'horizon de la participation éclaire l'histoire de l'architecture afin de mieux saisir comment, du CIAM de 1947 au Team Ten, deux voies se séparent, l'une vers le processus participatif et l'autre vers l'objet architectural.
Cette « grammaire » jette un regard nouveau sur l'engouement participatif d'aujourd'hui et précise le flou qui entoure le terme de « participation ». Le point de vue des architectes et des urbanistes enrichit la question de leur rôle social et politique ainsi que le débat sur l'esthétique architecturale.
Si les années soixante-dix et la fin du XXe siècle montrent une intense pratique participative en architecture et urbanisme, aucun ouvrage ne l'origine au tournant des XIXe et XXe siècles. Avec l'urbanisme, des pratiques et des écrits mobilisent la participation des citoyens, notamment ceux de Patrick Geddes. Luttant contre le « super-taudis », le père fascinant des « machines à penser » et des « tours observatoires » est aussi celui de ...

PARTICIPATION ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; XXe SIÈCLE

... Lire [+]

- 149
ISBN 978-2-7577-0217-8, 60 AMG

Ange-Jacques Gabriel apparaît à la 6e génération d'une dynastie de maîtres maçons et d'architectes originaires de Normandie, que l'on retrouve au début du XVIIe siècle, à Paris , au service du roi.
L'ascension de cette dynastie est celle d'une entreprise où la collaboration intergénérationelle est animée par un génie collectif que les lettres d'anoblissement de la famille qualifient de "vertu héréditaire". Jaques V, père d'Ange-Jacques et premier architecte du roi, marque l'apogée de cette ascension : par un retour à la province, il diffuse l'art royal dans toute la France. Ange-Jacques, quant à lui, hérite du titre éminent de son prère mais travaille exclusivement pour le roi et même en étroite collaboration avec celui-ci, ce qui est sans précédent. A sa retraite, qui suit de peu la mort de Louis XV, la critique prérévolutionnaire condamne l'homme comme l'un des responsables de la faillite de l'Ancien Régime et l'oeuvre comme l'expression d'un style suranné. celle-ci comprend, cependant, combre de réalisation majeures, parmi lesquelles l'Ecole militaire, la Place de la Concorde, le Petit Trianon, les château de Compiègne et de Fontainebleau, les décors intérieurs Louis XV du château de Versailles et, en particulier, l'Opéra...
Ange-Jacques Gabriel apparaît à la 6e génération d'une dynastie de maîtres maçons et d'architectes originaires de Normandie, que l'on retrouve au début du XVIIe siècle, à Paris , au service du roi.
L'ascension de cette dynastie est celle d'une entreprise où la collaboration intergénérationelle est animée par un génie collectif que les lettres d'anoblissement de la famille qualifient de "vertu héréditaire". Jaques V, père d'Ange-Jacques et ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE

... Lire [+]

- 192 p.
ISBN 978-2-88474-239-9, 76 AMA

Émile Aillaud (1902-1988) est une figure à la fois centrale et marginale de l'architecture de l'après-guerre en France. Centrale par l'ampleur de son oeuvre, qui va des décors éphémères aux grandes ensembles en passant par l'architecture industrielle. Marginale parce qu'Aillaud s'est touours écarté de l'urbanisme rationnel dominant.
parmis les rares constructeurs de son temps à avoir suscité l'intérêt de la critique d'art, Aillaud a profondément renouvelé l'approche du logement de masse - avec la cité des Courtillières et la cité de la Grande Borne, notamment - et participé aux plus grans projets d'aménagement parisiens, dont la Tête Défense et l'opération des Halles. plus d'un demi-siècle durant, il n'a eu de cesse de proposer une vision poétique de son art, donée sur la courbe et la couleur, avec une attention particulière à la place de l'enfant dans la cité. Cet ouvrage est la première monographie à lui être consacrée depuis 1983.
Émile Aillaud (1902-1988) est une figure à la fois centrale et marginale de l'architecture de l'après-guerre en France. Centrale par l'ampleur de son oeuvre, qui va des décors éphémères aux grandes ensembles en passant par l'architecture industrielle. Marginale parce qu'Aillaud s'est touours écarté de l'urbanisme rationnel dominant.
parmis les rares constructeurs de son temps à avoir suscité l'intérêt de la critique d'art, Aillaud a profondément ...

GRAND ENSEMBLE ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; ARCHITECTURE INDUSTRIELLE ; EGLISE

... Lire [+]

- 192 p.
ISBN 978-2-88474-238-2, 58 AMS

Constructeur inventif et prolifique, Henri Sauvage (1873-1932) est
l'un des pionniers de l'architecture du 20e siècle : ses recherches sur
les immeubles à gradins et la préfabrication constituent l'une des
bases des travaux menés par les générations de l'après-guerre. De
l'Art nouveau à l'Art déco, il a constamment renouvelé son art. La
villa Majorelle à Nancy, les habitations à bon marché, l'immeuble de
la rue Vavin et La Samaritaine à Paris, les magasins Decré à Nantes
sont les principaux jalons d'une oeuvre multiforme, qui comprend
également des papiers peints et de remarquables ensembles
mobiliers.
Constructeur inventif et prolifique, Henri Sauvage (1873-1932) est
l'un des pionniers de l'architecture du 20e siècle : ses recherches sur
les immeubles à gradins et la préfabrication constituent l'une des
bases des travaux menés par les générations de l'après-guerre. De
l'Art nouveau à l'Art déco, il a constamment renouvelé son art. La
villa Majorelle à Nancy, les habitations à bon marché, l'immeuble de
la rue Vavin et La Samaritaine à Paris, ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; H.B.M. ; PREFABRICATION ; IMMEUBLE DE RAPPORT ; GRAND MAGASIN

... Lire [+]

- 39 p. , 29 P10

Ce fassicule sorti au moment du concours du réaménagement de la place de la République, revient sur l'histoire de cette place de 1770 à 1884.

PLACE ; AMENAGEMENT URBAIN ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE

... Lire [+]

- 221 p. , 34 PA

Anthony Sutcliffe retrace les principales caractéristiques de l'évolution de la construction et de l'architecture parisienne depuis l'époque romaine. Il explique la cohabitation de la tradition et de l'innovation ainsi que les liens de l'architecture avec le pouvoir, la structure sociale, le marché de l'immobilier, la mode et la créativité. Trois cents illustrations, la plupart en couleur, complètent le texte. Anthony Sutcliffe retrace les principales caractéristiques de l'évolution de la construction et de l'architecture parisienne depuis l'époque romaine. Il explique la cohabitation de la tradition et de l'innovation ainsi que les liens de l'architecture avec le pouvoir, la structure sociale, le marché de l'immobilier, la mode et la créativité. Trois cents illustrations, la plupart en couleur, complètent le texte.

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE

... Lire [+]

- 202 p. , 95 AH

En France de 1945 à 1965, on assiste à une construction massive de logements. De cette époque datent les ZUP et les "grands ensembles". Cela a accaparé l'activité de beaucoup d'architectes et l'architecture s'est isolée de la scène internationale. Les années 1970 représentent un tournant : la critique des réalisations et projets des années précédentes. C'est l'histoire de ce tournant des années 1970 qui est ici analysé. En France de 1945 à 1965, on assiste à une construction massive de logements. De cette époque datent les ZUP et les "grands ensembles". Cela a accaparé l'activité de beaucoup d'architectes et l'architecture s'est isolée de la scène internationale. Les années 1970 représentent un tournant : la critique des réalisations et projets des années précédentes. C'est l'histoire de ce tournant des années 1970 qui est ici analysé.

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE

... Lire [+]

- 253 p , 32 PAE

L'architecture est-elle le fait du prince, le "domaine réservé " du président de la République? Les "chantiers" du président sont devenus aujourd'hui une singularité de la vie nationale, l'enjeu le plus spectaculaire des ambitions politiques et une source renouvelée de polémiques sur le bon usage des deniers de l'Etat. AU-délà des passions partisanes, François Chaslin, a étudié l'un après l'autre les grands projets architecturaux du septennat. L'architecture est-elle le fait du prince, le "domaine réservé " du président de la République? Les "chantiers" du président sont devenus aujourd'hui une singularité de la vie nationale, l'enjeu le plus spectaculaire des ambitions politiques et une source renouvelée de polémiques sur le bon usage des deniers de l'Etat. AU-délà des passions partisanes, François Chaslin, a étudié l'un après l'autre les grands projets architecturaux du septennat.

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; XXe SIÈCLE ; GRAND ENSEMBLE

... Lire [+]

- 247 p , 66 A

Pendant près de 30 ans, il y a eu dans ce pays un sujet tabou : l'architecture. Le public subissait les tours et les barres qu'on lui proposait comme seul univers. Il fallait bien loger tout le monde. Le "style international" dominait, scellant l'alliance des politiques et des affairistes. Pourtant vers la fin des années 60, les choses commencent à bouger. Les étudiants des Baux Arts furent souvent au avant-postes de révolution de 68. De tout ce bouillonnement allait naître, surtout pas une école, mais un carrefour de créateurs. Et l'on a aujourd'hui l'élégance de Portzamparc, les banlieues vivantes de Castro, les lignes pures de Ciriani, le modernisme exigent de Chemetov, les "folies" de Tschumi, l'architecture "poreuse" de Gaudin3
Jean-Pierre Le Dantec, raconte les métamorphoses de l'architecture en france, ses audaces, sa rigueur, ses débats.
Pendant près de 30 ans, il y a eu dans ce pays un sujet tabou : l'architecture. Le public subissait les tours et les barres qu'on lui proposait comme seul univers. Il fallait bien loger tout le monde. Le "style international" dominait, scellant l'alliance des politiques et des affairistes. Pourtant vers la fin des années 60, les choses commencent à bouger. Les étudiants des Baux Arts furent souvent au avant-postes de révolution de 68. De tout ce ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; XXe SIÈCLE ; POSTMODERNISME

... Lire [+]

- 291 p , 92 AH

Cet ouvrage de référence se veut être une histoire de la pensée architecturale et donner un aperçu de ce que les architectes ont tenté d'accomplir depuis le début de l'époque moderne. Tout en croisant la littérature, l'histoire, la sociologie, l'histoire de l'art, l'archéologie, l'esthétique, l'auteur propose ainsi une histoire des doctrines du mouvement moderne : romantisme, revivalisme (néo-romain, néo-grec, néo-Renaissance, nationalisme gothique, ecclésiologie gothique, polychromie, éclectisme), fonctionnalisme (analogie biologique, mécanique, gastronomique ou langagière), rationalisme, influence des arts apparentés (littérature et critique, design industriel, peinture et sculpture). Cet ouvrage de référence se veut être une histoire de la pensée architecturale et donner un aperçu de ce que les architectes ont tenté d'accomplir depuis le début de l'époque moderne. Tout en croisant la littérature, l'histoire, la sociologie, l'histoire de l'art, l'archéologie, l'esthétique, l'auteur propose ainsi une histoire des doctrines du mouvement moderne : romantisme, revivalisme (néo-romain, néo-grec, néo-Renaissance, nationalisme ...

HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE ; ANALYSE DE L'ARCHITECTURE ; XVIIIe SIÈCLE ; XIXe SIÈCLE ; XXe SIÈCLE

... Lire [+]

Z